Noyades: alcool, baignade et chaleur, un cocktail souvent explosif

Si l'alcool est un important facteur de risque pour la noyade, la chaleur et l'eau en renforcent les effets négatifs.

07 juil. 2014, 12:35
Menschen geniessen die Sonne bei einem Drink, beim Opening des Sommer Beach auf der grossen Schanze in Bern, am Freitag 4. Juni 2010 in Bern. Das Gebiet um die grosse Schanze wird vom 4. Juni bis 28. August 2010, in einen Sandstrand mit gemuetlichen Sitzgelegenheiten, Sprudelbad und Bar verwandelt. (KEYSTONE/Marcel Bieri)

Syncope, choc cardio-vasculaire, arrêt cardiaque: alcool et baignade ne font souvent pas bon ménage. Fraîcheur de l'eau lors d'une canicule, cocktails consommés au bar de la plage, ce plaisir peut être dangereux, avertit Addiction Suisse.

"L’alcool est un important facteur de risque pour la noyade, quel que soit l'âge", indique lundi la fondation dans un communiqué. La chaleur et l’eau en renforcent les effets néfastes. Pour rappel, l'année dernière, 52 personnes se sont noyées en Suisse.

Lorsqu’il fait chaud, l’effet de l’alcool est plus rapide, mais aussi plus important, parce que le corps a plus de mal à l’éliminer, explique-t-elle. Boire des quantités excessives d’alcool un jour de canicule peut par exemple entraîner des problèmes circulatoires pouvant aller jusqu’à la syncope.

Dangereux, même en buvant peu

Même si une personne n’a bu que modérément, la natation est à éviter. Le baigneur alcoolisé a tendance à surestimer ses capacités et à être moins prudent. Il se met plus facilement en danger, même dans des eaux a priori sûres.

Consommer de l'alcool augmente en outre le risque de choc cardio-vasculaire du fait de la vasodilatation. "Quand on se baigne en état d’ivresse, on peut subir un choc thermique, même dans une eau à 20, voire à 22 degrés. Au pire, il en résultera un arrêt cardiaque", met en garde Addiction Suisse.

Pour que la baignade reste un plaisir, il vaut donc mieux éviter de boire de l'alcool, résume-t-elle.