Les prix dans le commerce de détail retrouvent leur niveau de 1992

Les prix dans le commerce de détail en Suisse ont diminué en 2012 de 2,5%, retrouvant leur montant d'il y a vingt ans. L'appétit des consommateurs n'a, en outre, pas souffert de la crise de la dette européenne: la demande réelle a grimpé de quelque 3%.

06 févr. 2013, 11:22
La baisse des prix concerne principalement le secteur non alimentaire.

En termes nominaux, la hausse atteint 0,6%, a indiqué mercredi BAKBASEL. Les distributeurs renouent ainsi avec la croissance, après une sombre année 2011, marquée par le tourisme d'achat. Si le phénomène a encore augmenté, il s'est stabilisé - à un haut niveau - au cours du second semestre, selon l'institut bâlois.

La progression de la demande, en dépit de la morosité conjoncturelle, tient à plusieurs facteurs: une immigration forte et continue, l'évolution favorable des salaires et un marché du travail stable, relève BAKBASEL.

Divertissement et électronique

La baisse des prix concerne principalement le secteur non alimentaire, en particulier le divertissement et l'électronique, mais aussi l'habillement et la santé, ainsi que les produits corporels. Dans le domaine alimentaire en revanche, les prix ont poursuivi leur ascension.

Pour cette année, l'institut table sur une hausse nominale des chiffres d'affaires de 1% et une progression réelle de 1,7%. La légère détérioration du taux de chômage et le ralentissement de la croissance des revenus freineront la demande, prévoit-il.

Le secteur non alimentaire devrait connaître une embellie réelle de 2%, contre 1,3% pour le segment alimentaire, sur la base d'une baisse générale des prix de 0,7%.