Le risque de crise cardiaque est accru avec la fréquence des pannes d'érection

Même légère, une panne d'érection chez les hommes de 40 ans et plus, peut être liée à un risque d'accident cardiovasculaire, relève une étude publiée mardi.

30 janv. 2013, 07:04
Les résultats de cette étude indiquent que tout homme souffrant de problème d'érection doit consulter un médecin sans attendre et insister pour avoir des examens cardiaques.

Une fréquence accrue des pannes d'érection, même légères, peut signaler un risque plus élevé de maladie cardiovasculaire et de mortalité prématurée, selon une étude publiée mardi. Et le risque augmente en fonction du degré de sévérité des troubles érectiles.

"Les résultats de cette étude nous indiquent que tout homme souffrant de problème d'érection léger, modéré ou sévère doit consulter un médecin sans attendre et insister pour avoir des examens cardiaques", souligne le Dr Rob Grenfell, un responsable de l'institut australien Heart Foundation Cardiovascular Health.

"Le risque de développement de maladies cardiovasculaires et de décès prématuré augmente en fonction du degré de sévérité du dysfonctionnement de l'érection chez les hommes avec ou sans antécédent cardiovasculaire", renchérit Emily Banks, de l'Australian National University.

Les auteurs de cette étude australienne, dont les résultats sont publiés mardi dans la revue américaine PLOS Medecine, ont examiné les registres de soins hospitaliers et des décès dans un groupe de 95'000 hommes âgés de 45 ans et plus.

Les participants, qui ont également répondu à un questionnaire sur leur santé et leur mode de vie, ont été suivis pendant trois ans. Durant cette étude, les chercheurs ont enregistré 7855 hospitalisations pour des maladies cardiovasculaires ainsi que 2304 décès.

"Nous avons déterminé dans cette recherche qu'un dysfonctionnement de l'érection est lié à un plus grand risque de crise cardiaque, d'insuffisance cardiaque, de maladie vasculaire et de problème électrique du coeur", précise Emily Banks.

Les problèmes d'érection sont fréquents: environ un homme sur cinq de 40 ans et plus fait part de dysfonctionnements modérés ou sévères de l'érection.