Réservé aux abonnés

Il y a du ressentiment antianglais dans le nationalisme écossais

Si une majorité des Ecossais est tentée par le grand saut vers l'indépendance, la crainte sur sa viabilité demeure présente.

17 sept. 2014, 00:01
data_art_2599585.jpg

Il y a plus de pandas au zoo d'Edimbourg (deux) que de députés conservateurs en Ecosse (un). Classique des conversations politiques, la blague explique en grande partie les ressorts du vote de jeudi sur l'indépendance. Le nationalisme écossais se nourrit d'un rejet viscéral des choix politiques d'une Angleterre qui domine la vie parlementaire à Westminster.

Plus qu'une revendication populaire acharnée pour l'indépendance, c'est ce sentiment qui a conduit à l'organisation de ce référendum historique. Au pied du mur, les Ecossais sont tiraillés. Une majorité tentée par le grand saut se laissera...