Réservé aux abonnés

Un éclair littéraire sur la guerre nucléaire

Après «Le miel» en 2014, Slobodan Despot signe un nouveau roman à succès. «Le rayon bleu» vient de remporter le prix Casanova 2017. Rencontre avec un auteur qui aime jouer les éveilleurs.
03 janv. 2018, 00:01
DATA_ART_5085936

il aurait dû s’intituler «Téléphone immobile», un jeu de mots comme un clin d’œil narquois à une époque hyperconnectée. Son éditeur lui a préféré «Le rayon bleu». A contrecœur, Slobodan Despot s’est finalement incliné car on n’impose rien à Gallimard. Mais le téléphone reste bel et bien le principal protagoniste du second roman de l’écrivain helvético-serbe. Un appareil de bakélite noire dont il a eu une vision très claire un beau matin.

Danger occulté

Après «Le miel» paru en 2014, qui avait pour toile de fond le conflit serbo-croate, l’auteur reparle de la guerre, nucléaire celle-là. Une menace...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois