Vote controversé sur le drapeau britannique: 15 policiers blessés

La décision municipale de Belfast de décrocher l'Union jack de la mairie certains jours a déclenché l'ire d'une partie de la population qui s'en est prise aux forces de l'ordre. Quinze policiers ont été blessés.

04 déc. 2012, 13:44
Quinze policiers ont été blessés.

Quinze policiers ont été blessés à Belfast, la capitale de l'Irlande du Nord, lors de heurts dans la nuit de lundi à mardi, selon la police. Des affrontements ont eu lieu après une décision municipale de ne plus faire flotter le drapeau britannique qu'occasionnellement sur la mairie.

Jusqu'à présent, le drapeau flottait en permanence sur le bâtiment public. Mais lundi soir, les conseillers municipaux de Belfast ont voté par 29 voix contre 21 en faveur d'une motion mettant en conformité la mairie avec les règles qui s'appliquent aux édifices gouvernementaux et qui prévoient que le drapeau britannique ne flotte que 17 jours par an.
 
Le drapeau devait être retiré mardi pour la première fois depuis l'ouverture de la mairie de Belfast en 1906. A la suite du vote du conseil municipal, près d'un millier de manifestants favorables au maintien de l'Irlande du Nord dans le Royaume-Uni se sont réunis devant la mairie et s'en sont pris aux forces de l'ordre en leur lançant des bouteilles, des briques, des balles de golf et des pétards. Plusieurs voitures ont été endommagées.
 
"Idiote et provocatrice"
 
Les manifestants s'en sont aussi pris à l'église catholique St Matthew. Quinze policiers, deux agents de sécurité et un photographe ont été blessés lors de ces heurts, condamnés par le premier ministre d'Irlande du Nord Peter Robinson qui a affirmé "qu'il n'y avait pas d'excuses ou de justifications à ces attaques contre les policiers, les employés municipaux et les biens publics".
 
M. Robinson a toutefois ajouté que "la décision d'enlever le drapeau flottant au-dessus de la mairie et des immeubles municipaux, malgré les mises en garde des conséquences indirectes probables de cet acte sur les relations communautaires, était idiote et provocatrice". A la suite de ces incidents, trois hommes de 17, 18 et 22 ans ont été arrêtés mardi, a indiqué la police.
 
L'Irlande du Nord, province britannique semi-autonome dotée depuis 2007 d'un gouvernement bi-confessionnel, a connu trente années de violences intercommunautaires qui ont fait 3500 morts. Un accord de paix ayant conduit au partage du pouvoir entre protestants et catholiques a été conclu en 1998, mais des violences sporadiques se produisent encore.