Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Volkswagen, l’onde de choc

Alors que le scandale prend une ampleur inédite, c’est la capacité du constructeur à l’affronter qui est désormais en question.

23 sept. 2015, 05:53
epa04943430 A photo released on 22 September 2015 shows a Volkswagen Passat and a Golf being picked by an automatic elevator to be transported out of the glass silo, which is used as storage for new VW cars in the Autostadt (Autocity) in Wolfsburg, Germany, on 03 March 2015. German carmaker Volkswagen on 21 September 2015 issues a profit warning for the third quarter in the wake of the scandal surrounding manipulated exhaust tests in the US. Some 11 million cars worldwide are affected by the emissions-cheating software, Volkswagen said.  EPA/JOCHEN†LUEBKE GERMANY BUSINESS VOLKSWAGEN

Onze millions de véhicules sont équipés du logiciel «truqueur» en reconnaissant officiellement l’ampleur du scandale, Volkswagen a déclenché hier une nouvelle journée d’apocalypse boursière.

L’action du constructeur automobile allemand a perdu 16,57% lors de la séance de mardi, après avoir déjà plongé de plus de 17% la veille. En deux jours, 25 milliards d’euros de capitalisation boursière sont partis en fumée.

Cet effondrement entraîne tous les acteurs de l’automobile. PSA Peugeot Citroën a perdu 8,76%, Renault, 7,12%; les équipementiers Plastic Omnium et Faurecia chutent aussi, respectivement de 7,57% et de 8,27%, malgré leurs protestations d’innocence.

Le Comité des constructeurs français d’automobile (CCFA), qui rassemble les deux constructeurs français, a demandé publiquement l’ouverture d’une enquête à l’échelle européenne «afin de confirmer que les constructeurs français respectent les procédures d’homologation en vigueur dans tous les pays où ils opèrent». De son côté, Plastic Omnium précise que ses systèmes de dépollution sont,...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias