Vol de cocaïne à la PJ française: "une défaillance individuelle"

Le vol de plus de 52 kg de cocaïne en juillet dernier dans les locaux de la police judiciaire française à Paris est dû à une "défaillance individuelle". Un brigadier est sous les verrous.

11 sept. 2014, 16:10
View of the 36 Quai des Orfevres police building in Paris, Saturday, April 26, 2014. A judicial official says four police officers are in custody after a woman reported that she was raped inside Paris police headquarters. (AP Photo/Christophe Ena)

L'inspection générale de la police nationale (IGPN) a conclu jeudi à une "défaillance individuelle" dans le vol de plus de 52 kg de cocaïne cet été dans les locaux de la police judiciaire française. Un brigadier de la brigade des stupéfiants a été mis en examen et écroué début août dans ce dossier qui avait secoué l'institution policière.

Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait parallèlement réclamé un audit interne de la brigade des stupéfiants, dont le résultat a été rendu public jeudi.

"C'est une défaillance individuelle", a déclaré à la presse Marie-France Monéger, la directrice de l'IGPN, écartant ainsi la responsabilité du chef de la brigade. Elle a souligné que la gestion de la salle des scellés, où la cocaïne avait été dérobée, avait été prise en compte "avec grand sérieux par le chef de service qui avait demandé dès sa prise de service des moyens matériels".

Le chef de service a également mis en place une procédure "qui a permis un suivi rigoureux", ajouté la patronne de l'IGPN.

Une caméra de vidéosurveillance devait être installée en septembre - ce qui a été fait depuis - et il y avait une porte blindée, a-t-elle précisé.

L'audit a toutefois mis en évidence la vétusté du bâtiment du 36 Quai des Orfèvres. Un groupe de travail devra faire des propositions pour "harmoniser" la conservation des scellés de drogue "dans tous les services de police", a ajouté Marie-France Monéger.