Réservé aux abonnés

Valse-hésitation

La communauté internationale multiplie les condamnations du coup d'Etat mais ne se décise pas à agir concrètement.

09 août 2008, 05:02

Prise de court par le putsch en Mauritanie, la communauté internationale a multiplié les condamnations de principe et les mises en garde face au nouveau pouvoir. Mais elle n'a aucune garantie de pouvoir faire revenir en arrière la junte.

Trois jours après le coup d'Etat qui a conduit au renversement et à l'arrestation du premier président démocratiquement élu de Mauritanie, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, Washington a annoncé la suspension, pour le moment, de son aide militaire et financière, sans toucher à son assistance humanitaire. Mais ni l'Union européenne, ni la France, ni l'Union africaine (...