Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Une université résiste aux islamistes

Ancien militant communiste, le professeur Habib Kazdaghli a osé défier les salafistes qui voulaient imposer le port du niqab sur le campus de la Manouba.

12 févr. 2013, 00:01
data_art_1379866.jpg

Le 25 octobre 2011, deux jours après la victoire électorale relative du parti islamiste Ennahda (emportant 89 sièges sur 217 à l'Assemblée constituante), les salafistes ont essayé de pousser leur avantage en ciblant un ventre mou de la société tunisienne, l'Université de la Manouba. C'est un peu l'équivalent de notre Nanterre: elle est située à 15 km de la capitale, ses bâtiments sont en béton et c'est le dépotoir des étudiants qui n'ont pas réussi à intégrer ce qu'on appelle ici les "pôles d'excellence" .

L'idée des salafistes était de transformer le campus en une sorte de madrasa saoudienne: établissement de salles de prière; abandon de la mixité par la construction d'un mur coupant l'université en deux; niqab intégral recommandé pour les filles. Vu le contexte géopolitique dans le monde arabe à l'époque, ils pensaient réussir sans difficulté. C'était sans compter avec la farouche résistance du professeur Habib Kazdaghli, doyen...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias