Une journaliste azerbaïdjanaise condamnée à sept ans et demi de prison

Condamnée à sept ans et demi de prison pour évasion fiscale notamment, une journaliste azerbaïdjanaise va faire appel.
08 sept. 2015, 17:03
marteau_juge

Une journaliste d'investigation azerbaïdjanaise a été condamnée mardi à sept ans et demi de prison, notamment pour évasion fiscale, a annoncé son avocat à l'issue d'un procès qu'elle avait estimé orchestré par le pouvoir. Elle va faire appel de cette "décision illégale".

Khadija Ismaïlova, 39 ans, journaliste pour la radio Azadliq et ancienne rédactrice en chef du bureau local du réseau et média financé par les Etats-Unis Radio Free Europe/Radio Liberty, avait été arrêtée et placée en détention en décembre.

Connue pour ses enquêtes sur la corruption du pouvoir, elle avait accusé lundi le gouvernement d'avoir recueilli des preuves contre elle "illégalement, sous la pression" et d'avoir "inventé les crimes" qui lui sont reprochés.

"Accuser d'évasion fiscale une personne qui a enquêté sur l'argent volé par la famille du président et placé sur des comptes offshore (...), c'est drôle", avait-elle fait remarquer dans sa déclaration finale au procès, interrompue sur ordre de la juge.

Sa condamnation fait suite à celle de la militante azerbaïdjanaise des droits de l'Homme Leyla Yunus et de son mari Arif, un analyste politique réputé, qui ont été condamnés le 13 août à huit ans et demi et sept ans de prison respectivement.

Un autre journaliste et défenseur des droits de l'homme, Emin Huseynov, s'était réfugié le 18 août 2014 à l'ambassade de Suisse à Bakou. Il avait été ramené en Suisse en juin dernier par le conseiller fédéral Didier Burkhalter. Il veut demander l'asile en Suisse.

Toute contestation publique du régime du président Ilham Aliev, réélu en 2013 pour un troisième mandat consécutif, provoque aussitôt, selon les associations de défense des droits de l'Homme, une réaction sévère des autorités de cette ex-république soviétique du Caucase.