Une femme nommée maire de Bagdad

Zekra Alwach a été désignée maire de Bagdad après le limogeage de son prédécesseur a annoncé samedi un porte-parole du gouvernement. C'est la première femme à être désigné à ce poste en Irak

21 févr. 2015, 21:19
Iraq's Prime Minister Haider al-Abadi speaks during a press conference at the Foreign and Commonwealth Office in London, Thursday, Jan. 22, 2015.  U.S. Secretary of State John Kerry says Iraq and its international partners have made significant gains in the fight against Islamic State militants, killing thousands of the group's fighters and 50 percent of its leadership. (AP Photo/Stefan Wermuth, Pool)

Zekra Alwach, ingénieur civile et directrice générale au ministère de l'Enseignement supérieur, doit prendre ses fonctions dimanche, selon une source municipale. Le poste de maire est directement lié au bureau du Premier ministre et son détenteur a les prérogatives d'un ministre.

"Le Premier ministre Haïder Al-Abadi a limogé le maire de Bagdad Naïm Aboub et désigné Dr Zekra Alwach pour le remplacer", a annoncé le porte-parole du bureau de M. Abadi, Rafed Joubouri.

Il a tenu à préciser que ce limogeage ne visait pas à "punir" M. Aboub, nommé en 2013. Ce dernier était accusé par des habitants de Bagdad et sur les réseaux sociaux d'incompétence, de n'avoir rien fait pour améliorer les services de base dans la ville et de faire des déclarations faussant la réalité.

M. Aboub a fait les titres des médias irakiens en mars 2014 quand il a affirmé que Bagdad, alors minée par les violences, la carence des services publics, la crise politique et la corruption, était "un rêve, la plus belle ville au monde. Bagdad est plus belle que New York et Dubaï".

Discriminations et violences

Critiqué aujourd'hui pour les discriminations et les violences subies par les Irakiennes, l'Irak était considéré dans les années 1970 comme le pays le plus progressiste en matière de droits des femmes au Moyen-Orient. L'arrivée au pouvoir du Saddam Hussein puis les violences depuis l'invasion américaine de 2003 ont fait voler cette liberté en éclats.

Selon un rapport de l'ONU datant de 2014, au moins un quart des Irakiennes de plus de 12 ans sont illettrées, seulement 14% des femmes travaillent ou sont en recherche d'emploi. Et plus de la moitié des femmes de 15 à 49 ans pensent qu'un mari a le droit de battre son épouse.

Pourtant la Constitution irakienne reconnaît la place des femmes, exigeant qu'un quart des sièges au Parlement leur revienne. Cette contrainte ne s'impose cependant pas à l'exécutif. Dans le gouvernement Abadi, il y a deux femmes dont une ministre d'Etat aux droits de la Femme.