Réservé aux abonnés

Un Sud-Coréen et pas un Russe à la tête d’Interpol

Kim Jong-yang a été élu pour un mandat de deux ans.

22 nov. 2018, 00:01
In this Jan. 23, 2018, photo, Kim Jong Yang, the senior vice president of Interpol executive committee, speaks during a press conference in Changwon, South Korea. On Wednesday, Nov. 21, 2028, Interpol elected Kim Jong Yang as its president in a blow to Russian efforts at naming one of their own. (Kang Kyung-kook/Newsis via AP) South Korea Interpol President

Hier, Kim Jong-yang a été désigné président d’Interpol pour un mandat de deux ans, a annoncé la plus importante organisation de police au monde. Ce dernier était déjà président par intérim d’Interpol depuis la «démission» subite de son ex-patron, Meng Hongwei, accusé de corruption en Chine. Il a mystérieusement disparu, début octobre, au cours d’un voyage dans son pays.

Face au Sud-Coréen, élu par les délégués réunis à Dubaï, la candidature d’un général de police russe, Alexandre Prokoptchouk, a suscité une levée de boucliers aux Etats-Unis, mais aussi des menaces de l’Ukraine et de la Lituanie...