Réservé aux abonnés

"Un film désespéré qui pulse l'espoir"

Devant la caméra très engagée de Tony Gatlif, l'actrice Céline Sallette s'efforce de sauver une jeune fille d'un mariage forcé.
07 août 2015, 14:20
data_art_2668778.jpg

Porte-parole cinématographique enfiévré des minorités, Tony Gatlif ("Latcho Drom", "Gadjo Dilo", "Vengo") dirige pour la première fois dans "Geronimo" Céline Sallette ("L'Apollonide, souvenirs de la maison close", "De rouille et d'os", "Un été brûlant"), l'une des actrices françaises les plus prometteuses de sa génération. Propos d'un duo très complice.

Tony Gatlif, après avoir évoqué dans "Liberté" la déportation des gitans, vous revenez à notre époque avec un film où vous semblez guidé par le sentiment d'urgence...

Ce film-là, c'est vraiment le film du moment. Nous sommes à une époque où ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois