Un autre "monstre de Cleveland" arrêté en Colombie

Un homme qui a séquestré et violé ses deux belles-filles pendant 10 ans a été arrêté en Colombie, a annoncé samedi la police colombienne.

28 juil. 2013, 08:09
Colombia National Police Chief Gen. Jose Roberto Leon, right, talks during a press conference about the capture of a top fugitive Italian cocaine boss, at police headquarters in Bogota, Colombia, Saturday, July 6, 2013. Roberto Pannunzi, believed to be one of the world's most powerful drug brokers and who prosecutors allege arranged monthly shipments of tons of South American cocaine to Europe, has been captured in Bogota in a shopping mall, Gen. Leon said. (AP Photo/Fernando Vergara)

Comparé par la presse locale au "monstre de Cleveland", un homme de 43 ans, a été arrêté en Colombie. Il est accusé d'avoir violé ses deux belles-filles séquestrées durant dix ans au domicile familial dans un département du centre du pays.

L'identité du beau-père violeur n'a pas été révélée. Selon les enquêteurs, cet homme aurait abusé des fillettes, âgées de 6 et 11 ans au début des faits en 2000. Il exigeait d'elles le silence, menaçant de tuer leur mère, sa compagne, également victime de mauvais traitements.

Sous sa férule, ses belles-filles étaient maintenues en permanence au domicile, sans avoir la possibilité de se rendre à l'école.

Après la mort de leur mère, de mort naturelle, en 2004, elles ont été successivement mises enceintes par leur beau-père, alors qu'elles avaient 16 et 13 ans. C'est à la suite de cela que l'aînée a finalement porté plainte contre leur bourreau.

Les enfants nés de cette relation, actuellement âgés de 4 et 7 ans, ont été confiés aux services de protection des mineurs. Dans les journaux, le beau-père a été présenté comme "la version colombienne du 'monstre de Cleveland'", en référence à Ariel Castro.

Cet Américain de 53 ans, accusé d'avoir séquestré et violé pendant une dizaine d'années trois jeunes femmes dans sa maison de l'Ohio, a plaidé coupable cette semaine aux Etats-Unis. Il devrait finir ses jours en prison après avoir passé un accord avec l'accusation, dans l'espoir d'éviter la peine capitale.