Réservé aux abonnés

Banques suisses: une opacité qui freine les sanctions

Quelque 5,7 milliards de francs sont bloqués alors que la fortune des Russes gérée par nos banques pourrait atteindre les 200 milliards. La Suisse peine à identifier les actifs par manque de transparence.

05 avr. 2022, 00:01 / Màj. le 05 avr. 2022 à 08:00
La Loi fédérale sur les embargos stipule que c’est aux banques de rechercher les actifs bloqués.

Dès les premiers jours de la guerre en Ukraine, la Suisse a décrété le blocage des avoirs de 874 personnes (oligarques et autres), et de 62 entreprises réputées proches du président russe Vladimir Poutine ou participant étroitement à l’effort de guerre russe. «Face à la tragédie en Ukraine, l’instrument des sanctions est efficace et doit être employé», se réjouit Agathe Duparc, enquêtrice auprès de l’ONG Public Eye à Lausanne.

5,7 milliards de f...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois