Ukraine: 40 civils se font tués à Donetsk alors que l'armée tente d'isoler les rebelles

Dans le but d'empêcher l'arrivée de renforts russes à Donetsk, l'armée ukrainienne a tenté mercredi d'isoler la région en la coupant de la frontière avec la Russie. Les combats dans la zone ont fait 40 victimes parmi les civils.

21 août 2014, 07:28
Les troupes de l'armée ukrainienne resserrent leur étau autour de Donetsk.

L'armée ukrainienne cherchait mercredi à couper de la frontière russe les territoires de l'est du pays, contrôlés par les rebelles, où les combats ont tué au moins 40 civils dans la seule région de Donetsk. Les obus ont causé d'importants dégâts matériels dans le centre de la ville, près du fameux stade du Shakhtar Donetsk.

Cette réorientation stratégique fait suite à l'annonce lundi par le président ukrainien Petro Porochenko d'un changement dans sa tactique militaire. Kiev et les Occidentaux accusent en effet Moscou de faire transiter par la frontière équipements militaires et combattants qui viennent renforcer les rangs des insurgés prorusses.

M. Porochenko a ainsi confirmé lundi les informations données par un dirigeant séparatiste selon lesquelles les rebelles avaient reçu 1200 hommes bien entraînés ainsi que des chars et d'autres blindés. Des renforts qui arrivent "au moment le plus crucial", selon ce dirigeant, alors que leurs bastions sont encerclés et assiégés. Moscou a démenti ces allégations.

Les forces gouvernementales ont déjà tenté à plusieurs reprises par le passé de reprendre le contrôle de leur poreuse frontière, jusqu'ici sans succès.

Etau resserré

Elles ont aussi resserré ces derniers jours leur étau autour des fiefs insurgés. A Lougansk, les combats ont fait rage toute la nuit, selon la municipalité. L'eau, l'électricité et le réseau téléphonique sont coupés depuis plus de deux semaines.

Un avion des forces aériennes ukrainiennes a de plus été abattu près de Lougansk, a annoncé un porte-parole de l'armée. "On ignore le sort du pilote", a déclaré Andriï Lyssenko en ajoutant ne pas être en mesure de préciser l'origine des tirs.

Dans la région de Donetsk, bastion prorusse, 40 civils ont été tués en 24 heures et 29 autres blessés, selon les chiffres de l'administration régionale. Dans la ville même, l'eau courante était en passe d'être rétablie après deux jours de pénurie.

Des combats avaient également lieu pour le contrôle de la localité d'Ilovaïsk, ville de 16'000 habitants située à 29 km à l'est de Donetsk. L'armée ukrainienne en a repris la plus grande partie aux insurgés, selon la Garde nationale. Dans les deux zones de combat, l'armée a annoncé un total de neuf morts et 22 blessés dans ses rangs en 24 heures.

Plus de 2000 morts

L'ONU a en outre fait état de plus de 2000 morts depuis le début du conflit à la mi-avril et, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 5000 personnes ont été blessées. Pour les civils, la situation ne cesse de se dégrader. Au moins 415'800 personnes ont quitté leur foyer en raison du conflit,

Outre la dégradation des conditions de vie des résidents, les combats entament chaque jour un peu plus le potentiel économique du pays, a estimé le premier ministre Arseni Iatseniouk.

"La Russie est consciente que reconstruire le Donbass ne coûtera pas des millions, mais des milliards de hryvnias", a déclaré le dirigeant. Un euro vaut 17,2 hryvnias, la monnaie ukrainienne.

L'Ukraine souhaite par ailleurs que le Fonds monétaire international (FMI) débloque simultanément les troisième et quatrième tranches d'une aide à l'Ukraine d'un montant total de 17 milliards de dollars (15,5 milliards de francs suisses), rapporte mercredi l'agence de presse Interfax citant le ministre des Finances ukrainien, Oleksander Chlapak.

"Nous avons calculé que cela (les deux tranches) représente 2,2 milliards de dollars (2 milliards de francs suisses) et nous espérons les recevoir avant la fin de l'année", a déclaré le ministre.

Convoi toujours bloqué

Quant au convoi humanitaire russe controversé et destiné aux populations des régions de l'est de l'Ukraine, il était toujours bloqué du côté russe de la frontière.

Une équipe du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est entrée dans l'est de l'Ukraine pour tenter de faciliter la distribution de l'aide se trouvant dans ce convoi, a indiqué mercredi le CICR. L'organisation ignore toutefois à quel moment les autorités ukrainiennes vont autoriser le passage éventuel des quelque 260 camions envoyés par la Russie.