Turquie: les contestataires veulent entrer au Parlement avec un nouveau parti

Un mouvement contestataire turc vient de créer un nouveau parti qui entend entrer au Parlement.
24 oct. 2013, 13:22
Un homme de 19 ans, blessé lors des manifestations antigouvernementales en Turquie, a succombé à l'hôpital des suites de ses blessures.

Un groupe de musiciens et d'artistes turcs a créé un parti politique, le Parti Gezi. Ce nom fait allusion au petit parc d'Istanbul dont la destruction annoncée a déclenché la vague de contestation antigouvernementale sans précédent de juin dernier, ont indiqué jeudi les fondateurs du mouvement.

"Nous voulons tous vivre dans un pays démocratique. Pour faire valoir nos revendications, nous sommes descendus dans le rues et nous avons perdu des vies (...) Il est temps maintenant d'entrer au Parlement", proclament les dirigeants du nouveau parti dans un communiqué publié sur leur page Facebook.

La présidence du Parti Gezi, qui a été officiellement enregistré le 1er octobre auprès du ministère turc de l'Intérieur, a été confiée à un talentueux guitariste et compositeur rock âgé de 37 ans, Cem Köksal.

Le mouvement a l'intention de présenter des candidats aux élections législatives de 2015 avec l'ambition de réviser la Constitution turque pour la rendre "plus démocratique".

"Violations à très grande échelle"

En juin, plus de 2,5 millions de Turcs ont manifesté dans tout le pays pour réclamer la démission du gouvernement islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002. La fronde est partie de la violente répression, par la police turque, de la mobilisation d'une poignée d'écologistes opposés à la destruction du parc Gezi dans le cadre d'un projet d'aménagement contesté de la place Taksim d'Istanbul.

Ces manifestations ont coûté la vie à 6 personnes et fait plus de 8'000 de blessés, selon l'Union des médecins turcs. Amnesty International a dénoncé des "violations à très grande échelle" des droits de l'Homme lors de ces événements.