Turquie: la demande de l'opposition d'annuler le référendum a été rejetée

La Commission électorale turque a rejeté la demande de l'opposition d'annuler le référendum constitutionnel augmentant les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, ont rapporté des médias turcs mercredi.

19 avr. 2017, 17:11
A supporter of the 'no' vote, holds a Turkish flag during a protest regarding Sunday's referendum outcome, on the Aegean Sea city of Izmir, Turkey, Tuesday, April 18, 2017.  Turkey's main opposition party has filed a formal request seeking Sunday's referendum to be annulled because of alleged voting irregularities. (AP Photo/Emre Tazegul)

Le Haut-Conseil électoral turc (YSK) a rejeté mercredi les recours déposés par l'opposition. Ceux-ci réclamaient l'annulation du référendum constitutionnel de dimanche sur l'extension des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan en invoquant des fraudes.

Le Parti républicain du peuple (CHP, laïque), principale force de l'opposition, le Parti démocratique des peuples (HDP, pro-Kurdes) et un troisième parti avaient saisi la commission pour dénoncer des pressions et des irrégularités lors du scrutin.

 

 

L'opposition dénonce notamment une décision de dernière minute de l'YSK de considérer comme valides les bulletins de vote non marqués du sceau officiel des scrutateurs.

"Les recours (...) ont été examinés séparément et à l'issue de ces examens, les recours ont été rejetés par dix voix contre et une voix pour", indique la commission dans un communiqué.

"Oui" de justesse

Le scrutin a validé de justesse la réforme constitutionnelle voulue par le président Recep Tayyip Erdogan, qui fait passer la Turquie d'un régime parlementaire à un régime présidentiel.

Mais la victoire étriquée du "oui", à 51,4% selon des résultats préliminaires, est contestée par l'opposition. Deux missions d'observateurs européens ont également pointé une série d'irrégularités plaçant, selon elles, le référendum en deçà des normes internationales en matière de démocratie.