Turquie – Grèce: le Premier ministre grec renforce l’armée

Le Premier ministre grec renforce l’armée en achetant de nouvelles armes. Le programme de renforcement de l’armée pourrait créer des milliers d’emplois.

12 sept. 2020, 20:54
M. Mitsotakis a précisé que la Grèce allait se procurer, outre les 18 Rafale, quatre frégates et quatre hélicoptères de la marine, recruter 15’000 soldats supplémentaires et financer davantage son industrie de défense (ILLUSTRATION).

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a annoncé samedi un «important» programme d’achats d’armes face à la montée de tension avec la Turquie en Méditerranée orientale. Le programme de renforcement de l’armée devrait, selon lui, créer des milliers d’emplois.

M. Mitsotakis a précisé que la Grèce allait se procurer, outre les 18 Rafale, quatre frégates et quatre hélicoptères de la marine, recruter 15’000 soldats supplémentaires et financer davantage son industrie de défense. Le programme prévoit également la rénovation de quatre frégates, et l’acquisition d’armes antichars, de torpilles et de missiles, a-t-il ajouté.

«L’heure est venue de renforcer nos forces armées (…) Il s’agit d’un programme important qui formera un bouclier national», a déclaré le Premier ministre dans un discours à Thessalonique, dans le Nord de la Grèce. Il a assuré que ce programme devrait permettre la création de milliers d’emplois.

Il s’agit d’un programme important qui formera un bouclier national.
Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre grec

La Turquie et la Grèce, toutes deux membres de l’Otan, se déchirent à propos de gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale, dans une zone qu’Athènes estime relever de sa souveraineté. M. Mitostakis a accusé samedi la Turquie de «menacer» les frontières orientales de l’Europe et de «mettre en péril» la sécurité régionale.

La tension entre les deux pays est montée d’un cran quand la Turquie a envoyé, le 10 août, un navire de prospection sismique accompagné de navires de guerre dans des eaux revendiquées par la Grèce, ce qui a poussé Athènes à lancer des manœuvres navales, avec le soutien notamment de la France.

A lire aussi: Turquie – Grèce: Recep Tayyip Erdogan a émis de nouvelles menaces envers la Grèce

La Turquie revendique le droit d’exploiter des gisements d’hydrocarbures dans une zone maritime qu’Athènes estime relever de sa souveraineté. Ces dernières semaines, les deux pays ont montré leurs muscles à coups de déclarations martiales, de manœuvres militaires et d’envois de navires sur zone.