Trafic d'animaux: sauvetage de milliers de reptiles destinés à finir en sac à main

Plus de 4000 serpents, crocodiles et tortues ont été sauvés d'un triste sort. Ils étaient destinés à la fabrication et au commerce illégal d'articles de mode, tels que des sacs à main ou des portefeuilles.

03 juin 2019, 22:43
Au total, ont ainsi été sauvés dans le monde 2703 tortues, 1059 serpents, 512 lézards et geckos et 20 crocodiles et alligators.

Une opération internationale contre le commerce illégal de reptiles a permis de sauver plus de 4000 serpents, crocodiles et tortues. Les animaux étaient destinés à la fabrication de portefeuilles et autres articles de mode, a annoncé lundi Europol.

 

L'opération baptisée Blizzard a donné lieu "à des centaines de saisies" - animaux vivants et articles de mode haut de gamme fabriqués avec de la peau de reptile - "et à 12 arrestations dans l'Union européenne", a précisé dans un communiqué l'agence européenne de coopération entre les polices criminelles.

Au total, ont ainsi été sauvés dans le monde 2703 tortues, 1059 serpents, 512 lézards et geckos et 20 crocodiles et alligators détenus par des réseaux criminels oeuvrant dans le commerce illégal de reptiles.

"Près de 1500 de ces serpents, lézards et geckos ont été saisis en Europe", a indiqué Europol, dont le siège est à La Haye, qui a coordonné l'opération avec Interpol, l'organisation de coopération policière internationale.

Par ailleurs, 152 sacs à main, portefeuilles, bracelets de montre, médicaments et taxidermies dérivés de reptiles ont été saisis.

Arrestations en Italie et en Espagne

Menée du 12 avril au 22 mai avec la coopération de 22 pays, dont les Etats-Unis et plusieurs pays européens comme la France et l'Allemagne, l'opération a conduit à six arrestations en Italie et six en Espagne.

Les recherches visaient les passagers d'avions et de cargos commerciaux, les animaleries et les propriétaires légaux de reptiles.

"Le trafic d'espèces sauvages a considérablement augmenté ces dernières années, au point que des milliers de reptiles, d'une valeur de plusieurs millions d'euros, sont saisis chaque année", a déclaré le chef de l'unité d'Europol contre les délits économiques Pedro Felicio.