Textile: les accords occidentaux pour améliorer la sécurité salués au Bangladesh

Les grandes marques occidentales du textile se sont accordées pour améliorer la sécurité dans les usines du Bangladesh. Cette décision a été saluée dans le pays après le drame de Rana Plaza qui a fait 1127 morts.

15 mai 2013, 12:15
Les fabricants de textile au Bangladesh ont salué mercredi un accord pris par plusieurs grandes marques occidentales d'habillement pour améliorer la sécurité des usines du pays.

Les fabricants de textile au Bangladesh ont salué mercredi un accord pris par plusieurs grandes marques occidentales d'habillement pour améliorer la sécurité des usines du pays, après le drame du Rana Plaza qui a fait 1127 morts le 24 avril près de Dacca.

L'italien Benetton, l'espagnol Zara, le britannique Marks and Spencer ou le suédois H&M se sont ralliés à un protocole qui institue, entre autres, un inspecteur en chef indépendant des entreprises et des syndicats, chargé d'un programme d'inspection de la sécurité incendie "crédible et efficace".

Il prévoit également un ou plusieurs experts qualifiés devant mener un examen "complet et rigoureux" des normes et règlements actuels dans le bâtiment pour les entreprises de prêt-à-porter au Bangladesh.

"Nous saluons cet accord. C'est évidemment une très bonne chose pour chacun de nous", commente Atiqul Islam, le président de l'Association bangladaise des exportateurs et fabricants de textile, qui représente 4500 usines.

"S'ils se proposent pour aider à réparer, moderniser ou consolider nos usines, c'est bien pour chacun. Cela reflète leur engagement de long terme auprès du Bangladesh et le fait qu'ils sont nos partenaires", se félicite-t-il.

"Nous leur avons demandé de ne pas nous laisser. Travaillons ensemble. Nous leur avons dit que nous voulons tirer les leçons de la tragédie du Rana Plaza. Nous saluons leur décision positive", poursuit M. Islam.

Inspections poussées

La liste des signataires de l'accord, qui n'est pas encore publique, a également recueilli les signatures de l'américain PVH (Tommy Hilfiger, Calvin Klein), de l'allemand Tchibo.sq ou encore des britanniques Tesco et Primark, selon la confédération syndicale UNI Global Union.

M. Islam a également indiqué que les fabricants au Bangladesh saluaient aussi la décision de l'américain Walmart de conduire "des inspections poussées dans (les 279) usines au Bangladesh qui fabriquent des produits" en son nom. Le groupe a dit qu'il en publierait le résultat. "C'est la décision de la marque. Nous sommes ouverts à toute inspection d'une marque", a-t-il déclaré.

Le Bangladesh est le deuxième exportateur au monde de vêtements, derrière la Chine, en raison de la modicité des salaires et d'une main-d'oeuvre abondante. Mais les conditions de travail et les normes de sécurité dans cette industrie sont dénoncées depuis des années par les ONG.