Tempête Harvey: malgré le projet de mur frontalier de Donald Trump, le Mexique se montre solidaire

Tandis que Donald Trump va de l'avant dans son projet de mur frontalier, le Mexique, pas rancunier, a proposé son aide aux Etats-Unis suite aux dégâts et aux sinistrés laissés par la tempête. Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a accepté l'aide offerte.

01 sept. 2017, 09:31
Harvey a frappé vendredi le Texas frontalier du Mexique et provoqué des inondations sans précédent.

Le Mexique a exprimé ses condoléances aux Etats-Unis pour les victimes de la tempête Harvey. Il a réitéré son offre d'aide tandis que le président américain Donald Trump allait de l'avant dans son projet de mur frontalier.

Le président mexicain Enrique Peña Nieto "exprime ses condoléances au peuple des Etats-Unis et aux familles des victimes" après le passage de la tempête Harvey, selon un communiqué publié jeudi par le ministère des Affaires étrangères. Le texte souligne que trois Mexicains ont été tués dans la tempête et plusieurs autres ont disparu.

Harvey a frappé vendredi le Texas frontalier du Mexique et provoqué des inondations sans précédent. Selon les autorités américaines, 44 personnes sont mortes ou présumé mortes dans six comtés. Dix-neuf autres sont portées disparues.

"Aide acceptée"

Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, "a accepté l'aide offerte", affirme le communiqué. Le ministère se dit "dans l'attente des listes de produits de première utilité pour la population affectée". Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson avait chaleureusement remercié mercredi le Mexique pour avoir proposé son aide au Texas.

Le Mexique avait annoncé dimanche avoir proposé son aide. Il avait dans le même temps de nouveau assuré qu'il ne paierait pas pour le mur anti-immigrés clandestins que Donald Trump veut bâtir à la frontière.

 

 

Le président américain a répété à plusieurs reprises ces derniers jours que le Mexique paierait pour le mur d'une manière ou d'une autre. Jeudi, le gouvernement américain a annoncé avoir sélectionné quatre entreprises pour construire cet automne des prototypes de murs en béton renforcé à la frontière avec le Mexique.

Les tensions entre les deux voisins concernent aussi la renégociation en cours du traité de libre-échange Aléna entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada, dont Mexico accueille vendredi, jusqu'à mardi, le deuxième cycle. Donald Trump menace de se retirer de ce traité.