Réservé aux abonnés

Tempête entre Londres et Moscou

Le président russe a «probablement» permis le meurtre de l’ex-agent du KGB Alexandre Litvinenko, devenu citoyen britannique, selon une enquête.

21 janv. 2016, 23:21
/ Màj. le 22 janv. 2016 à 00:01
FILE - In this Friday, May 10, 2002 file photo Alexander Litvinenko, former KGB spy is photographed at his home in London. On Thursday Jan 21, 2016, British judge Robert Owen will release the long-awaited findings of a public inquiry into the killing of Litvinenko _ and is likely to point a finger at elements in the Russian state. (AP Photo/Alistair Fuller, File) Britain Poisoned Spy

«Vous parviendrez peut-être à réduire au silence un homme, mais le hurlement de protestations du monde entier résonnera à vos oreilles, M. Poutine, pour le reste de votre vie.» Juste avant de rendre son dernier souffle, le 23 novembre 2006, à l’University College Hospital de Londres, Alexandre Litvinenko avait désigné, dans un texte sans ambiguïté, le commanditaire de son propre meurtre par empoisonnement. Près de dix ans plus tard, les oreilles de Vladimir Poutine résonnent en effet des protestations évoquées par la prophétie de l’ex-agent du KGB assassiné.

Le président rus...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois