Syrie: violents combats au nord de Palmyre

Les forces du régime syrien et les djihadistes de l'EI s'affrontent violemment dans la périphérie nord de la ville de Palmyre. Au moins 22 civils ont été tués.

20 mai 2015, 12:40
epa04754083 An undated handout picture made available on 17 May 2015, by the Syrian Arab News Agency (SANA) shows Syrian soldiers in positions on a crest in the ancient oasis city of Palmyra,about 215 kilometres northeast of Damascus. According to SANA  Syrian troops pushed the terrorist group of Islamic State (IS) back from the ancient city of Palmyra, and controlled the world heritage site, after fighting that is stated by SANA left hundreds dead from (IS).  EPA/SANA / HANDOUT BEST QUALITY AVAILABLE ATTENTION EDITORS : EPA IS USING AN IMAGE FROM AN ALTERNATIVE SOURCE AND CANNOT PROVIDE CONFIRMATION OF CONTENT, AUTHENTICITY, PLACE, DATE AND SOURCE. HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

De violents combats entre les forces du régime syrien et des djihadistes du groupe Etat islamique (EI) secouaient mercredi la périphérie nord de la ville antique de Palmyre, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ce dernier fait état de 22 civils morts dans des bombardements aériens du régime sur Darkouche, dans la province d'Idleb (nord-ouest).

L'armée a perdu sa dernière base dans cette région frontalière de la Turquie, désormais presque entièrement aux mains des rebelles. Elle ne dispose plus que de quelques positions militaires, notamment dans la ville d'Ariha et à l'aéroport militaire d'Abou Douhour.

Dans la capitale Damas, des tirs au mortier effectués par les rebelles ont tué mercredi une institutrice et blessé une vingtaine d'élèves dans une école du quartier huppé de Maliki, d'après l'OSDH et des médias officiels syriens.

Pénurie d'eau et d'électricité

A Palmyre, "les violents affrontements se poursuivent depuis la nuit à la périphérie des quartiers nord de la ville", selon l'OSDH. "Soldats et djihadistes échangent des tirs au mortier et des tirs d'artillerie". Les combats se déroulent notamment près du bâtiment de la sécurité de l'Etat, un important service de renseignements en Syrie.

Mohammad, militant originaire de Palmyre, a dit à l'AFP qu'un "grand nombre d'habitants du nord de la ville s'est déplacé vers d'autres quartiers. Certains dorment dans la rue". Il a évoqué des pénuries d'eau et d'électricité.

Des combats se déroulent également autour de la prison de Palmyre, à la périphérie est de la ville. Cet établissement pénitentiaire est tristement célèbre pour le massacre de centaines de détenus par le régime dans les années 80.