Syrie: Navi Pillay dénonce les crimes contre l'humanité

La Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay a dénoncé vendredi à Genève les crimes contre l'humanité commis en Syrie par les deux camps.

27 juil. 2012, 11:58
Navi Pillay s'est déclarée profondément alarmée par l'escalade du conflit.

Navi Pillay s'est déclarée profondément alarmée par l'escalade du conflit, notamment à Damas et Alep, et a fait état de nombreuses informations sur des atrocités en cours.

"Bien que de telles conclusions ne puissent être tirées que par un tribunal, je suis convaincue, sur la base des preuves rassemblées de sources crédibles et diverses, que des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre ont été et continuent d'être commis en Syrie", a affirmé la Haut Commissaire dans une déclaration écrite qui détaille les exactions commises par l'armée syrienne et les rebelles.
 
"Ceux qui les commettent ne doivent pas croire qu'ils échapperont à la justice. Le monde n'oublie pas ou ne pardonne pas de tels crimes", a averti la Haut Commissaire. "Cela s'applique aux forces de l'opposition commettant des crimes comme aux forces gouvernementales et à leurs alliés", a-t-elle ajouté.
 
Confrontation majeure à Alep
 
La Haut Commissaire a exprimé sa profonde inquiétude quant aux menaces croissantes qui pèsent sur la population civile en raison de l'escalade des combats dans de nombreux villages et villes, y compris Damas et Alep.
 
La responsable de l'ONU s'est déclarée particulièrement préoccupée par la possibilité d'"une confrontation imminente majeure" dans la seconde ville la plus importante de Syrie, Alep.
 
Elle a exhorté le gouvernement syrien et l'opposition armée à respecter les règles du droit international humanitaire et à protéger la population civile en rappelant qu'une obligation d'avertissement est requise.
 
"J'ai reçu des informations encore non confirmées d'atrocités, dont des exécutions sommaires et des tirs de francs-tireurs contre des civils pendant les récents combats dans les faubourgs de Damas", a affirmé Navi Pillay.
 
"Cela va sans dire que l'utilisation croissante d'armes lourdes, de chars, d'hélicoptères dans les attaques, et, selon certaines informations, même d'avions de chasse dans des zones urbaines, a causé de nombreuses victimes civiles et risque d'en provoquer un nombre encore plus grand", a poursuivi la Haut Commissaire.
 
"Tout ceci, avec l'accumulation de forces dans et autour d'Alep, est de mauvais augure pour la population de cette ville", a averti Mme Pillay. "Des combats continuent aussi à Homs et Deir-ez-Zour. Les conséquences ont déjà été dévastatrices pour les civils, avec des milliers de tués et de blessés et entre un million et 1,5 million de déplacés", a souligné la Haut Commissaire.