Syrie: la bataille d'Alep continue, le Conseil de sécurité se réunit à New York

Les avions syriens et russes ont continué dimanche de pilonner des quartiers d'habitations d'Alep. Les rebelles précisent que le régime soutenu par la Russie utilise des bombes d'une puissance accrue pour récupérer le camp d'Handarat, au nord de la ville. A New York, le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira en fin d'après-midi.

25 sept. 2016, 14:58
Armée syrienne et rebelles se disputent le camp d'Handarat, position stratégique au nord d'Alep.

L'aviation syrienne et l'aviation russe ont bombardé dimanche un camp stratégique au nord d'Alep, ont rapporté les rebelles et l'armée de Bachar al Assad. Il venait d'être repris par les insurgés syriens qui en avaient perdu le contrôle la veille.

A New York, le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir ce dimanche à 17 heures suisses, à la demande des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni, pour débattre de l'escalade militaire en cours à Alep. L'offensive menée par l'armée syrienne et ses alliés russe et iranien rend momentanément illusoire tout espoir d'une initiative diplomatique.

Les avions syriens et russes ont continué dimanche de pilonner des quartiers d'habitations d'Alep, détruisant des immeubles de la partie orientale aux mains des insurgés, ont déclaré des habitants et des rebelles. Plus de 250'000 civils sont pris au piège dans la partie orientale.

Les rebelles précisent que le régime soutenu par la Russie utilise des bombes d'une puissance accrue pour récupérer le camp d'Handarat. Situé sur des hauteurs surplombant un important axe routier, il abrite des réfugiés palestiniens à quelques kilomètres au nord d'Alep.

"Nous avons repris le camp mais le régime l'incendie avec des bombes au phosphore. Nous avons pu nous protéger, mais le bombardement a brûlé nos véhicules", a dit Abou al Hassanien, commandant de la cellule des opérations rebelles. L'armée syrienne, appuyée par des milices iraniennes et des combattants de Hezbollah libanais, a reconnu avoir perdu le contrôle du camp.

Selon des habitants, les frappes aériennes qui visent l'est d'Alep depuis l'annonce de l'offensive jeudi sont plus intenses que jamais. Des dizaines de personnes ont trouvé la mort au cours des derniers jours. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 45 personnes, dont dix enfants, ont péri samedi dans l'est d'Alep. L'armée syrienne, elle, assure ne viser que les insurgés.