Syrie: l'opposition réclame la levée des sièges pour négocier

L'opposition exige la fin des bombardements et la levée du siège de villes syriennes pour revenir à la table des négociations, a déclaré mercredi à Londres un de ses hauts responsables. L'ONU espère une reprise des pourparlers de paix au 25 février.

10 févr. 2016, 16:42
Avant le 25 février, "une série de mesures doivent être appliquées", a déclaré à la presse le coordinateur général de la coalition de l'opposition syrienne Riad Hijab.

L'opposition syrienne exige la fin des bombardements et la levée du siège de villes syriennes pour revenir à la table des négociations, a déclaré mercredi à Londres un de ses hauts responsables. L'ONU espère une reprise des pourparlers de paix au 25 février.

Avant cette date, "une série de mesures doivent être appliquées", a déclaré à la presse le coordinateur général de la coalition de l'opposition syrienne Riad Hijab, citant la levée des sièges, la nécessité de laisser passer l'aide humanitaire et l'arrêt des bombardements sur les zones civiles. Il s'exprimait à l'issue d'une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères britannique Philip Hammond.

Ce dernier a "réaffirmé son soutien" à la coalition de l'opposition syrienne. "La Russie et le régime (syrien) visent délibérément l'opposition et par conséquent renforcent Daech", l'acronyme arabe du groupe Etat islamique, a insisté le chef de la diplomatie britannique cité dans un communiqué du Foreign Office.

Une guerre complexe

Le conflit en Syrie, déclenché par la répression de manifestations anti-régime en 2011, est devenu une guerre complexe impliquant régime, rebelles, Kurdes et djihadistes et aux répercussions au-delà des frontières avec la crise des réfugiés jusqu'en Europe et la montée en puissance de l'EI.

Cette guerre a fait plus de 260'000 morts et chassé de chez elle plus de la moitié de la population.