Syrie: l'aviation syrienne bombarde des poches rebelles à Damas

Des poches rebelles à Damas sont visées samedi par des bombardements de l'aviation syrienne, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

15 juin 2013, 13:47
L'armée syrienne cherche depuis des mois, à coup de raids aériens et de bombardements au mortier, à empêcher les rebelles de pénétrer dans Damas.

L'aviation et l'artillerie du régime syrien bombardaient samedi des poches rebelles à Damas et dans ses environs, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Les insurgés y maintiennent leurs bastions malgré les raids quotidiens.

"Des raids aériens ont été menés sur des secteurs de Jobar", un quartier périphérique dans l'est de la capitale syrienne, théâtre de combats quasi-quotidiens entre soldats et rebelles, selon l'OSDH, une ONG proche des rebelles et basée à Londres.

Parallèlement, des combats ont eu lieu samedi à l'aube à la périphérie du camp palestinien de Yarmouk, dans la banlieue sud de Damas, également cible de bombardements menés par le régime.

Près de la capitale, Mouadamiyat al-Cham (ouest) et Sbeiné (sud) ainsi que la région de Wadi Barada (nord-ouest) ont été la cible de bombardements au mortier qui ont fait des blessés et des dégâts matériels, selon l'OSDH. Les villes de Douma, Nachabiyé et Yelda ont été également bombardées dans la nuit.

Revers des rebelles à Qousseir

Depuis des mois, l'armée syrienne cherche, à coup de raids aériens et de bombardements au mortier, à empêcher les rebelles de pénétrer dans Damas.

Dans le reste du pays, les forces armées ont mené des bombardements dans les régions de Homs (centre ouest), d'Alep (nord) et de Deraa (sud). Ces informations sont difficiles à confirmer en raison de l'absence de sources indépendantes.

L'armée, appuyée par le puissant Hezbollah chiite libanais, a remporté le 5 juin une victoire militaire en s'emparant de la ville de Qousseir, bastion insurgé pendant plus d'un an.

Vendredi, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a affirmé que son mouvement allait continuer de combattre auprès du régime. Selon l'ONU, le conflit a fait plus de 93'000 morts.