Sri Lanka: les églises restent fermées, les catholiques regardent la messe à la télévision

Depuis le 21 avril et les attentats qui ont fait 257 morts, les églises catholiques du Sri Lanka sont fermées. Les fidèles doivent donc se contenter de suivre la messe à la télévision.

05 mai 2019, 10:12
Eglises fermées et soldats armés devant les édifices religieux: le Sri Lanka sous tension deux semaines après les attentats.

Les catholiques du Sri Lanka se sont pour le deuxième dimanche consécutif rassemblés en famille dans leur salon afin de suivre la grande messe hebdomadaire à la télévision. Leurs églises sont fermées depuis les attentats de Pâques.

Lors d'une célébration privée dans la chapelle de sa résidence, retransmise par des caméras à la télévision nationale, l'archevêque de Colombo Malcolm Ranjith a loué la foi des paroissiens morts dans les attentats djihadistes du 21 avril, qui ont visé des églises chrétiennes en pleine messe et des hôtels de luxe.

"Nous nous souvenons comment tant d'entre eux sont morts il y a deux semaines dans trois églises", a déclaré le cardinal Ranjith au pupitre. "Ils étaient venus à l'église car ils avaient un amour immense pour Dieu", a-t-il ajouté.

 

 

Le clergé catholique sri-lankais a annulé jusqu'à nouvel ordre toutes les messe publiques dans l'île d'Asie du Sud par crainte de nouvelles attaques suite à ces attentats suicides revendiqués par l'organisation djihadiste État islamique (EI), qui ont fait 257 morts. Les églises gardent portes closes depuis deux semaines, et les édifices chrétiens les plus emblématiques sont surveillés par des soldats en armes.

Dans les ruelles autour de l'église Saint-Antoine de Colombo, un des sites frappés par les kamikazes du dimanche de Pâques, les téléviseurs étaient allumés sur la messe dans les foyers chrétiens. Les familles écoutaient ensemble l'homélie dans un silence respectueux. Des barrières empêchaient l'accès à l'église meurtrie. Quelques personnes venaient se recueillir devant, allumant une bougie.