Selon un député, le président ukrainien accepterait des élections anticipées

Mis sous pression constante tant par ses propres citoyens que par la diplomatie occidentale, Viktor Ianoukovitch serait prêt à organiser des élections anticipées. C'est un député de son propre parti qui l'a affirmé à la télévision ukrainienne.

04 févr. 2014, 07:46
Les pressions constantes dans les rues de Kiev, mais aussi celles de l'Union européenne et des Etats-Unis, auraient-elles poussé le président ukrainien à consentir à organiser des élections anticipées?

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch, de retour aux affaires après quatre jours d'arrêt maladie, a déclaré lundi aux députés de son Parti des régions qu'il n'ordonnerait pas le recours à la force contre les manifestants. Il a dit être prêt à organiser des élections anticipées, selon un député ayant participé à la réunion.

Cité par le site d'infos Ukrainska Pravda, Iouri Mirochnitchenko a également déclaré à la chaîne de télévision ICTV que M. Ianoukovitch avait écarté l'idée de décréter l'état d'urgence. "Nous avons les moyens de libérer par la force les locaux administratifs et 'Maïdan' mais je ne le ferai pas, car ce sont aussi nos concitoyens", a dit le président, selon ce député du parti au pouvoir.

"Maïdan", la place de l'Indépendance au centre de Kiev, est depuis plus de deux mois le centre névralgique de la mobilisation contre la décision du président ukrainien de tourner le dos à un accord d'association avec l'Union européenne. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de la présidence.

"Le président a dit que si les dirigeants politiques ne pouvaient à présent parvenir à un accord, parvenir à des décisions communes et les appliquer, alors la seule façon démocratique de résoudre la situation serait des élections anticipées", a ajouté le député Mirochnitchenko.

"Et il a dit: vous comme moi nous ferons face" à ces élections, a-t-il poursuivi, laissant entendre que M. Ianoukovitch pourrait accélérer le calendrier des élections législatives mais aussi celui de l'élection présidentielle. Le prochain scrutin présidentiel est prévu l'année prochaine, les prochaines législatives en 2017.