Réservé aux abonnés

Scandales, chantages et vidéos menacent le gouvernement grec

Des enregistrements révèlent les liens entre le parti conservateur au pouvoir et les néonazis d'Aube dorée. Tollé dans la classe politique.
09 avr. 2014, 00:01
data_art_2257186.jpg

Le gouvernement grec est englué dans un scandale sans précédent. Tout commence mercredi dernier, à quelques minutes du vote par les députés de la levée de l'immunité parlementaire des membres d'Aube dorée, dont celle d'Ilias Kassidiaris, le porte-parole du parti néonazi. Celui-ci dégaine alors une arme puissante. Il brandit un enregistrement, en caméra cachée, d'une de ses nombreuses discussions avec Panagiotis Baltakos, le secrétaire général du gouvernement et bras droit du premier ministre conservateur, Antonis Samaras.

Bousculé par les écoutes

Filmé à son insu, Panagiotis Baltakos confie ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois