Russie: les médecins refusent de transférer Alexeï Navalny à l’étranger

Placé en réanimation après un empoisonnement présumé, le leader de l’opposition russe Alexeï Navalny ne sera pas, pour l’heure, soigné à l’étranger. Les médecins s’y opposent, alors que ses alliés dénoncent une «décision politique».

21 août 2020, 08:05
Alexeï Navalny a déjà été victime d’attaques physiques par le passé. (archives)

Les médecins soignant le principal opposant russe, Alexeï Navalny, placé en réanimation après un empoisonnement présumé, refusent de le transférer à l’étranger en raison d’un état «instable», ont indiqué vendredi ses proches qui dénoncent une décision qui «menace sa vie».

«Le médecin-en-chef a annoncé que Navalny n’est pas transportable. Son état est instable», a indiqué la porte-parole de l’opposant Kira Iarmych sur Twitter, estimant qu’il serait «mortellement dangereux de le laisser à l’hôpital non équipé à Omsk avec un diagnostic toujours pas fait».

 

 

Selon elle, la décision des proches de l’opposant n’est pas suffisante pour déclencher son transfert pour être soigné à l’étranger, les médecins s’y refusant.

Le bras droit de l’opposant, Léonid Volkov, a pour sa part dénoncé une «décision politique et non pas médicale». «Ils attendent que les toxines sortent et cessent d’être détectées dans le corps. Il n’y a ni diagnostic, ni analyse. La vie d’Alexeï est en grand danger», a-t-il écrit sur Twitter.

A lire aussi : Russie: le leader d’opposition Alexeï Navalny hospitalisé pour «empoisonnement»

Alexeï Navalny, l’un des critiques les plus féroces du Kremlin, se rendait de Tomsk à Moscou en avion quand il a fait un malaise. L’appareil a dû faire un atterrissage d’urgence à Omsk, en Sibérie occidentale.

L’opposant y a été admis à l’hôpital, placé en réanimation et relié à un respirateur artificiel. Ses alliés ont dit être persuadés qu’il a été victime d’un «empoisonnement intentionnel».

La France et l’Allemagne ont offert jeudi «toute aide médicale», tandis qu’un avion médicalisé a été affrété dans la nuit depuis l’Allemagne par une ONG avec l’objectif d’y rapatrier ensuite Alexeï Navalny.

 

 

«C’est clairement plus sûr à bord d’un avion moderne qu’à l’hôpital à Omsk, transférez le le plus vite possible», a plaidé M. Volkov.

Principal opposant au Kremlin, dont les publications dénonçant la corruption des élites russes sont abondamment partagées sur les réseaux sociaux, Alexeï Navalny a déjà été victime d’attaques physiques par le passé. Son organisation et ses partisans font régulièrement l’objet de pressions et de procédures en justice.