Russie: le leader d'opposition Alexeï Navalany et plusieurs manifestants anti-Poutine arrêtés

Le leader de l'opposition russe Alexeï Navalny a été arrêté. Il participait à une manifestation non autorisée contre le président russe Vladimir Poutine à Moscou. Plusieurs dizaines de manifestants ont été interpellés.

05 mai 2018, 16:33
La police a interpellé plusieurs dizaines de manifestants.

Le leader d'opposition russe Alexeï Navalny a été arrêté samedi pendant une manifestation non autorisée à Moscou, à deux jours de l'investiture de Vladimir Poutine pour un quatrième mandat présidentiel. Il avait appelé à une journée de contestation samedi.

 

"M. Navalny venait de faire son apparition place Pouchkine quand il a été interpellé" par la police, a expliqué Leonid Volkov, un responsable de l'opposition, sur les réseaux sociaux. "Elle (son interpellation) est totalement illégale", a-t-il ajouté. Déclaré inéligible en raison d'une condamnation pénale qu'il estime orchestrée par le Kremlin, le principal opposant russe n'avait pas pu se présenter à l'élection présidentielle de mars.

Des dizaines de manifestants avaient déjà été interpellés plus tôt au cours d'autres rassemblements anti-Poutine à travers tout le pays, selon l'opposition et des observateurs indépendants.

 

Des interpellations ont eu lieu en Extrême-Orient et en Sibérie où la contestation a démarré. Dans la ville sibérienne de Krasnoïarsk, 15 personnes dont un journaliste ont été interpellées, selon OVD-Info, un groupe indépendant qui fait le monitoring des interpellations. "Les interpellations ont été menées de manière brutale", selon ce groupe qui souligne que certaines personnes détenues ont des égratignures et des ecchymoses.

 

Dix-huit personnes dont plusieurs mineurs ont été interpellées à Novokouznetsk, en Sibérie, selon OVD-Info. Au moins dix personnes ont été interpellées à Barnaoul, en Sibérie, selon l'équipe de Navalny. A Tcheliabinsk, dans l'Oural, la police a interpellé trois personnes avant même le début de la manifestation, a écrit le militant Boris Zolotarevski sur sa page Facebook. Au moins dix personnes ont été interpellées à Barnaoul, en Sibérie, selon l'équipe de M. Navalny.

Crainte d'affrontements

A Moscou et à Saint-Pétersbourg, les autorités n'ont pas autorisé les manifestations qui étaient prévues à partir de 13h00 suisses. De nombreux militants pro-Navalny avaient déjà été interpellés vendredi à la veille des manifestations. "Le vieillard peureux Poutine pense qu'il est un tsar. Il n'est pas un tsar et c'est pour cela qu'il faut sortir dans la rue le 5 mai", a écrit Alexeï Navalny sur Twitter.

Avant la manifestation moscovite, plusieurs dizaines de militants pro-Poutine et des cosaques se sont rassemblés place Pouchkine, en plein centre de la capitale où affluaient également des partisans de Navalny, selon des journalistes de l'AFP.

Des observateurs craignent que les manifestations ne dégénèrent en affrontements avec la police suivis d'arrestations massives comme cela avait été le cas lors de manifestations contre le troisième mandat de Poutine en mai 2012.