Réseaux sociaux: après Facebook, YouTube et Instagram, Dieudonné est banni de TikTok

Dieudonné se retrouve toujours plus isolé sur la toile. La plateforme TikTok a à son tour banni le polémiste français condamné plusieurs fois pour ses propos haineux. Ses comptes YouTube, Facebook et Instagram avaient déjà été fermés ces dernières semaines.

12 août 2020, 20:31
Dieudonné a été condamné à plusieurs reprises par le passé pour ses propos haineux.

TikTok a «banni» de son réseau le polémiste français Dieudonné M’Bala M’Bala, condamné à de multiples reprises en France pour ses propos haineux. Cette plateforme prisée des jeunes emboîte ainsi le pas à ses concurrents YouTube, Facebook et Instagram.

«Le compte de Dieudonné a été banni de la plateforme», a assuré mercredi à l’AFP une porte-parole de TikTok France, sans autres détails.

Au-delà de ce cas particulier, le réseau tient à rappeler que «TikTok a une politique de modération très stricte et que tous les contenus ne respectant pas ses règles sont bannis de l’application».

Plusieurs autres plateformes en ligne ont déjà supprimé de leurs utilisateurs l’humoriste controversé Dieudonné depuis le début de l’été, au nom de la lutte contre les contenus à caractère haineux.

YouTube (qui appartient à Google) a ouvert le bal fin juin en enlevant la chaîne du polémiste, en raison d’infractions répétées à son règlement.

A lire aussi : Antisémitisme: la chaîne Youtube de Dieudonné supprimée

Plusieurs fois condamné

Facebook et sa filiale Instagram lui ont emboîté le pas début août, et ont banni de leurs plateformes le polémiste, lui reprochant d’avoir diffusé des «contenus se moquant des victimes de la Shoah» et utilisé des «termes déshumanisants à l’encontre des Juifs».

Habitué des tribunaux, Dieudonné a été plusieurs fois condamné par la justice française pour ses propos haineux. Sa dernière condamnation date de novembre: il s’était vu infliger 9000 euros d’amende pour complicité d’injure à caractère antisémite, après la diffusion d’une vidéo et d’une chanson intitulées «C’est mon choaaa».