Réservé aux abonnés

Recep Erdogan sous le feu des critiques

Le gouvernement pointe du doigt les Kurdes, l’opposition accuse.

14 oct. 2015, 23:19
/ Màj. le 15 oct. 2015 à 00:01
Turkish President Recep Tayyip Erdogan  listens during a joint news conference with his Finnish counterpart  Sauli Niinisto in Ankara, Turkey, Tuesday, Oct. 13, 2015. Erdogan said Tuesday his country has intelligence suggesting that militants “originating” from Syria were planning to carry out attacks in Turkey but said no terrorist group is being ruled out in the investigation into the weekend’s deadly blasts at a peace rally.(AP Photo/Burhan Ozbilici) Turkey Blasts

Le premier ministre turc Ahmed Davutoglu a estimé, hier, que l’Etat islamique comme les séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan pourraient avoir joué un rôle dans le double attentat meurtrier de samedi, lors d’un rassemblement prokurde.

Le ministère de l’Intérieur précise que la suspension des chefs de la police et des services de renseignements et de sécurité de la capitale turque, Ankara, répondait à une demande des enquêteurs. Elle vise à permettre à ces derniers de travailler avec «efficacité».

Le président Recep Tayyip Erdogan a évoqué, mardi, une défaillance des services de ren...