Quatre repreneurs susceptibles de succéder au Groupe Hersant Média au Nice-Matin

Actionnaire actuel de Nice-Matin, le Groupe Hersant Média souhaite se désengager. Quatre repreneurs éventuels sont sur les rangs pour reprendre le journal du Sud de la France.

16 juil. 2014, 14:10
Quatre repreneurs s'étaient manifestés à la mi-juillet pour reprendre Nice-Matin, a précisé mercredi l'un des administrateurs judiciaires. Le groupe de presse a été placé le 26 mai en redressement judiciaire.

Quatre repreneurs s'étaient manifestés à la mi-juillet pour reprendre Nice-Matin, a précisé mercredi l'un des administrateurs judiciaires. Le groupe de presse a été placé le 26 mai en redressement judiciaire.

Les quatre repreneurs potentiels - dont trois groupes de presse - ont déposé des projets d'offres très motivés. Ils ne constituent toutefois pas encore des plans de reprise formels, a indiqué Me Xavier Huertas, sans divulguer leur identité.

Le potentiel tandem de repreneurs constitué du fonds d'investissements GXP Capital, sis à Baar (ZG), associé à l'ancien élu local Jean Icart, ne figure pas sur cette liste, selon Me Huertas.

La date limite de dépôt des offres était fixée au 15 juillet, mais l'administrateur a annoncé qu'il repoussait cette date au 28 juillet afin d'avoir "un maximum de repreneurs". Ce temps supplémentaire permettra "d'améliorer les offres sur le fond et sur la forme".

Quatorze personnes au total ont consulté le dossier ces dernières semaines et certaines ont demandé à disposer de plus de temps. Me Huertas présentera les offres déjà en lice aux représentants du personnel de Nice-Matin lors d'un comité d'entreprise prévu lundi.

Il donne par ailleurs "un avis favorable" à la poursuite de l'activité du groupe, qui sera examiné le mercredi 23 juillet par le Tribunal de commerce de Nice.

Perte de 6 millions d'euros

L'actionnaire actuel de Nice-Matin, Groupe Hersant Média (GHM), souhaite se désengager. Le groupe Nice-Matin affiche des pertes depuis trois ans, "par l'effet du recul conjugué des ventes au numéro et des recettes publicitaires", souligne la direction.

Le groupe Nice-Matin a terminé l'année 2013 sur une perte d'exploitation de 6 millions d'euros (7,3 millions de francs), qui s'est encore creusée en 2014. Il publie les quotidiens Nice-Matin (qui tire à 90'000 exemplaires), Var-Matin (65'000 exemplaires) et Monaco-Matin. Le groupe détient aussi 50% du capital de la société Corse Presse, qui édite Corse-Matin.

Le tribunal de commerce avait décidé, fin mai, l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire pour le groupe Nice-Matin (611 salariés), mais aussi pour sa société de distribution Publinice-Services (346 salariés). Par ailleurs, une procédure de sauvegarde judiciaire avait été lancée pour sa régie publicitaire Eurosud Côte-d'Azur (176 salariés).