Proche-Orient: Kerry veut pousser à une trêve

Paris accueillera une réunion internationale samedi, afin de "faire converger les efforts" en vue d'une trève dans la bande de Gaza. Israël a accepté un cessez-le-feu à partir de 7h samedi.

25 juil. 2014, 22:20
John Kerry tente de forcer une trêve entre Israël et Gaza.

John Kerry a quitté vendredi Le Caire sans avoir réussi à obtenir une trêve plus longue entre Israël et le Hamas.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius "réunira demain à 09h00 ses homologues américain, britannique, italien, allemand, qatari et turc, ainsi que Catherine Ashton (haute représentante de l'UE pour la politique internationale) pour faire le point sur la situation à Gaza", a-t-on précisé de même source.

"Notre objectif, en appui des initiatives en cours et en premier lieu l'initiative de l'Egypte, est de faire converger les efforts internationaux pour faire émerger le plus rapidement possible les conditions d'un cessez-le-feu", a-t-on ajouté.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri et le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon ont demandé vendredi une trêve humanitaire de sept jours dans la bande de Gaza pour les célébrations de l'Aïd al Fitr. Elles marqueront la fin du ramadan la semaine prochaine.

Proposition rejetée

Le cabinet de sécurité israélien a rejeté vendredi soir une proposition de cessez-le-feu dans la bande de Gaza. Réuni autour du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le cabinet a réclamé des modifications à ce projet, dont les détails n'ont pas été rendus publics

En attendant un très hypothétique cessez-le-feu, les combats se poursuivent à Gaza. Selon un bilan des secours locaux, 832 Palestiniens ont été tués et 5400 blessés en 18 jours d'offensive israélienne contre le mouvement islamiste Hamas.

Levée du blocus exigée

Le mouvement islamiste palestinien pose comme condition à une trêve la levée du blocus qui asphyxie depuis 2006 l'économie de la bande de Gaza. Une exigence répétée dans un entretien à la BBC par le chef du Hamas Khaled Mechaal, en exil au Qatar.

En visite dans cet émirat pour négocier une trêve, le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a rencontré M. Mechaal vendredi après-midi, selon un responsable gouvernemental turc.

Tirs de roquettes

En attendant, le Hamas entend démontrer que ses moyens militaires ne sont pas annihilés. Des roquettes continuent de viser Israël et le mouvement islamiste palestinien a affirmé en avoir tiré trois vers l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv.

L'armée israélienne a annoncé le décès vendredi d'un réserviste et confirmé celui du soldat Oron Shaul, dont le Hamas avait revendiqué l'enlèvement. Avec 34 morts au combat, il s'agit de ses pertes les plus lourdes depuis la guerre contre le Hezbollah libanais en 2006. Des roquettes ont également tué trois civils en Israël.

Détermination israëlienne

Face aux critiques croissantes à mesure que le tribut payé par les civils palestiniens s'alourdit, les responsables israéliens affichent leur détermination. Ils affirment vouloir réduire à néant la puissance de feu du Hamas et de ses alliés du Jihad islamique.

L'armée a annoncé avoir bombardé depuis le début des hostilités à Gaza quelque 2500 objectifs, rampes de lancements de roquettes, centres de commandement, ateliers de fabrication d'armes et tunnels destinés à lancer des attaques au coeur d'Israël.

Couloir humanitaire

Mais c'est la population palestinienne qui paie le prix le plus lourd du conflit entre Israël et le Hamas. L'Unicef a fait état vendredi d'un bilan d'"au moins 192 enfants" tués.

Un avocat français, Gilles Devers, a annoncé à Paris avoir déposé plainte à la Cour pénale internationale (CPI) au nom du ministre palestinien de la Justice pour "crimes de guerre" dans les opérations israéliennes à Gaza.

Au lendemain du drame dans son école de Beit Hanoun (nord), où, selon les secours palestiniens, une quinzaine de réfugiés ont été tués par un obus israélien, l'Agence pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a de nouveau lancé un signal d'alarme.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé la création d'un couloir humanitaire à Gaza pour apporter soins et médicaments aux blessés.