Procès Xynthia: prison ferme pour des anciens élus

Lors du passage de la tempête Xynthia en 2010, 29 personnes trouvaient la mort à la Faute-sur-Mer en France. L'ancien maire de la commune vient d'écoper de quatre ans de prison ferme. D'autres élus ont également été condamnés.

12 déc. 2014, 11:22
Flooded houses and a car are seen in La Faute sur Mer, south western France on the Atlantic coast, as a result of a storm, Monday, March 1, 2010.  France's interior minister says the death toll is rising from a violent storm with hurricane-force winds, named Xynthia, which lashed western France over recent days, and more deaths are reported in other countries. (AP Photo/David Vincent)

L 'ex-maire de La Faute-sur-Mer, en Vendée, René Marratier a été condamné vendredi à quatre ans de prison ferme dans le cadre du procès pour la mort de 29 personnes dans sa commune lors du passage de la tempête Xynthia en 2010. Selon son avocat, il va faire appel de cette décision.

Françoise Babin, son ex-première adjointe, est condamnée à deux ans de prison ferme et 75'000 euros d'amende (environ 90'000 francs). Le fils de cette dernière, Philippe Babin, président de l'association propriétaire de la digue Est, est condamné à 18 mois ferme.

Alain Jacobsoone, accusé de n'avoir pas transmis les consignes de sécurité du préfet au maire de La Faute-sur-Mer la nuit du drame, alors qu'il était fonctionnaire de la direction départementale des territoires et de la mer, est relaxé.

Le tribunal correctionnel des Sables d'Olonne a estimé que les anciens élus connaissaient parfaitement les risques d'inondation dans la station balnéaire mais les avaient "intentionnellement occultés" pour "ne pas entraver la manne" que représentait l'urbanisation.