Procès Pistorius: le parquet s'oppose à une peine légère

Suite du procès Pistorius. Le parquet n'envisage pas de peine légère pour l'athlète, malgré la volonté de la défense de le réhabiliter hier avec deux témoignages en sa faveur.
07 août 2015, 14:20
epa04168665 South African Olympic and Paralympic sprinter Oscar Pistorius is seen during his trial at the high court in Pretoria, South Africa, 16 April 2014. Pistorius is accused of the murder of his model girlfriend Reeva Steenkamp in February 2013.  EPA/GIANLUIGI GUERCIA / POOL

Le parquet s'est opposé mardi à une peine légère pour Oscar Pistorius, suggérant que le champion s'était dévoué à la cause des enfants handicapés par simple obligation de carrière. Pour un sportif de haut niveau, "ça n'a rien d'original", a soutenu le procureur Gerrie Nel.

"C'est simplement une étape de carrière", a-t-il affirmé. Il a rappelé que Pistorius était tantôt invité, tantôt rémunéré, tantôt honoré par les multiples sollicitations reçues avant qu'il ne tue sa petite amie en février 2013.

"Je pense que beaucoup de sportifs veulent apporter leur contribution et changer les choses", a rétorqué le manager du sportif, Pete Van Zyl. "Mais c'est juste du bonus, un à-côté", a raillé M. Nel.

Interrogé pour savoir si Pistorius souhaitait reprendre la compétition, M. Van Zyl a affirmé ne pas le savoir. "Je n'en ai pas parlé avec lui", a-t-il dit, en précisant que cela dépendrait de l'issue du procès.

Lundi, le manager a cherché à réhabiliter Oscar Pistorius. Il a détaillé la disponibilité de coeur et d'esprit, et même financière, pour aider à améliorer la vie des enfants nés comme lui avec un grave handicap.

Homicide involontaire

Sans péroné à la naissance, Pistorius a été amputé des pieds à l'âge de 11 mois et équipé de prothèses. Il court équipé de lames de carbone. L'athlète s'apprêtait à lancer sa propre fondation quand il a abattu Reeva Steenkamp venue passer la nuit de la Saint-Valentin chez lui en 2013.

En septembre, il a été reconnu coupable d'homicide involontaire, la juge Thokozile Masipa estimant qu'il avait été imprudent mais que l'intention homicide n'était pas démontrée. M. Pistorius soutient depuis le début s'être armé pour neutraliser un cambrioleur.

Sentence vendredi ?

Lundi, à la fureur du parquet, un expert du service pénitentiaire sud-africain a suggéré de le condamner à trois ans d'arrêts domiciliaires et un travail d'intérêt général. "Pour vous, il est acquis que l'accusé veut reprendre sa carrière d'athlète?", a demandé M. Nel à ce travailleur social cité par la défense, obtenant un "oui" catégorique.

La juge Mme Masipa est sous forte pression dans ce procès, intégralement transmis en direct à la télévision, dont le jugement demeure controversé. Elle pourrait annoncer la sentence dès vendredi, a indiqué une source proche du parquet.