Présidentielle française: vite jouée dans les urnes, elle s'est prolongée, pour le meilleur et le pire, sur les réseaux sociaux

Emmanuel Macron est président. C'est la fin d'une très longue période usante pour tout le monde et pour vous récompenser on vous offre un petit moment de détente avec ce qu'on a pu trouver ce matin sur la toile.

08 mai 2017, 11:19
/ Màj. le 08 mai 2017 à 12:44
Le vote "Blanc" est aussi l'un des grands vainqueurs de ce second tour.

Macron 

La surprise Macron, inconnu il y a trois ans encore, a inspiré les tweetos:

 

Rêve de gosse:

 

Peu à l'aise dans son discours d'après victoire, le nouveau président français a été "victime" d'un coup de zèle de la chaîne SkyNews, qui a diffusé sa préparation en direct:

 

 

Pour ses plus fervents supporters, sa victoire n'a jamais fait de doute:

 

Les affaires reprennent

Très vite, les regards se sont tournés vers les affaires qui pendent aux basques de certains candidats qui ne pourront pas bénéficier de l'immunité présidentielle:

 

Anaylses politiques

Dans la série analyse politique absurde, on aime particulièrement celle-ci:

 

Ou alors la victoire écrasante de Jean Lassalle, le candidat un brin décalé du premier tour:

 

L'abstention, les votes nuls et blancs, grands "vainqueurs" de ce second tour, ont aussi eu droit à leur quart d'heure de gloire sur Twitter:

 

Probablement le meilleur bulletin "Blanc" du scrutin:

 

Insolite

Dans la catégorie vote insolite, on vous en a dénichés quelques-uns:

Recherche d'emploi:

 

Protégeons-nous:

 

Oui, mais non:

 

Marine Superstar:

Mais le hit incontesté de la soirée, c'est bien évidemment le déhanché de Marine Le Pen qui semblait prendre sa défaite avec philosophie. Tout sourire avec quelques rares supporters restés après l'annonce des résultats, dansant sur "I Love Rock'n Roll" de Joan Jett:

 

Elle a enchaîné sur du Goldman "Quand la musique est bonne"

 

Le coup de gueule

D'un point de vue purement politique, on retiendra le coup de gueule, voire les menaces d'Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, qui rappelle - très fermement - que Macron devra faire avec des millions de Français en colère qui n'ont pas voté "pour lui", mais contre Marine Le Pen.