Présidentielle américaine: Barack Obama accuse Donald Trump de "saper" la démocratie américaine

Lors d'une réunion politique de soutien à Hillary Clinton à Miami, Barack Obama a réagi suite aux affirmations de Trump quant à savoir s'il accepterait l'issue de l'élection présidentielle. Le président américain a notamment accusé le candidat républicain de "saper" la démocratie du pays.

21 oct. 2016, 06:45
Barack Obama en est venu à se demander si Donald Trump s'était déjà rendu dans un bureau de vote.

Le président américain Barack Obama a accusé jeudi Donald Trump de "saper" la démocratie américaine. Le candidat républicain à la Maison-Blanche souffle le chaud et le froid sur son éventuelle acceptation du verdict de la présidentielle américaine de novembre.

"Lorsque vous évoquez des fraudes sans la moindre preuve, lorsque, durant le débat, M. Trump est devenu le premier candidat d'un grand parti dans l'histoire américaine à laisser entendre qu'il n'accepterait pas la défaite (...) c'est grave", a déclaré le président américain lors d'une réunion politique de soutien à Hillary Clinton à Miami.

"Gagner, c'est mieux. Mais quand vous perdez, vous félicitez votre adversaire (...) C'est comme cela que la démocratie fonctionne", a-t-il dit. "Il n'y a aucun moyen de truquer une élection dans un pays aussi grand. Je me demande si Donald Trump s'est déjà rendu dans un bureau de vote".

 

 

Revirement de Trump

La controverse est née d'une réponse de Donald Trump lors du troisième et dernier débat de la campagne présidentielle contre Hillary Clinton, mercredi à Las Vegas. A la question de savoir s'il accepterait le résultat de l'élection présidentielle, quel qu'il soit, il avait répondu: "Je verrai à ce moment-là".

Jeudi, à Delaware dans l'Ohio, le candidat républicain a corrigé le tir. Il a commencé par dire qu'il accepterait "totalement les résultats de cette grande et historique élection présidentielle si je gagne".

Puis il a ajouté: "J'accepterai un résultat clair de l'élection, mais je me réserve le droit de contester et de lancer une procédure de justice en cas de résultat douteux".

Mme Clinton, dont la cote dans les sondages est au plus haut depuis son investiture en juillet, est restée discrète jeudi. L'écart entre les deux candidats se creuse en faveur de l'ancienne secrétaire d'Etat, qui recueille plus de 45% des intentions de voix contre 39% pour Donald Trump et 6,4% pour le libertarien Gary Johnson.