Portugal: la droite gagne largement les législatives

Au Portugal, la coalition du centre droit a largement gagné les élections législatives, face à l'opposition de gauche, tout en risquant de perdre sa majorité absolue. Le premier ministre Pedro Passos Coelho a réussi un tour de force, après quatre ans d'austérité.

04 oct. 2015, 21:42
/ Màj. le 04 oct. 2015 à 23:03
Cavaco Silva président portugais, lors de son vote.

L'alliance gouvernementale du premier ministre Pedro Passos Coelho, au pouvoir depuis 2011, était créditée de 40,04% des suffrages, contre 31,65% au Parti socialiste de l'ancien maire de Lisbonne Antonio Costa, d'après ces résultats partiels.

Longtemps donnée perdante, sa coalition a inversé la tendance dans les sondages au cours des dernières semaines de campagne électorale. Mais le résultat obtenu dimanche reste loin du score de plus de 50,4% obtenu par la droite il y a quatre ans. Surtout, M. Passos Coelho risque de devoir composer avec un parlement majoritairement à gauche, ne l'assurant pas d'obtenir un mandat clair lui permettant de former un nouveau gouvernement stable.

Sans enthousiasme, les électeurs se sont ainsi résignés à reconduire l'alliance gouvernementale, qui a sorti le Portugal du gouffre financier au prix d'une sévère cure d'austérité. Mais ils ont refusé de lui donner un chèque en blanc.

Le seuil des 116 sièges

La coalition sortante, formée par le Parti social-démocrate (PSD, centre droit) et son partenaire minoritaire (CDS, conservateur), pourrait obtenir 100 à 118 sièges sur les 230 que compte le parlement. Il lui faudrait atteindre le seuil des 116 députés pour renouveler sa majorité absolue.

Le Parti socialiste était crédité de 77 à 90 élus, toujours selon les enquêtes réalisées à la sortie des urnes. Le Bloc de gauche, formation apparentée au Syriza au pouvoir en Grèce, obtiendrait 8 à 12% des suffrages, soit 15 à 23 députés. Avec 6,7 à 10,3% des voix, le Parti communiste, allié aux Verts, obtiendrait entre 12 et 20 sièges.

Forte abstention

L'abstention devrait se situer entre 35 et 43%, après un record établi en 2011 à 41,97%. Les résultats du scrutin seront connus dans la soirée, à l'exception des suffrages de l'étranger qui seront dépouillés le 14 octobre. Plus de 9,6 millions d'électeurs ont eu jusqu'à 20h00 suisses pour participer à ce scrutin à un tour, à la proportionnelle.

"Au nom de la coalition, nous sommes ici pour affirmer que toutes les projections connues montrent que la coalition En avant Portugal a remporté une grande victoire en cette soirée électorale", a déclaré le vice-président du Parti social-démocrate, principale formation de ladite coalition. "Nous allons maintenir notre engagement en faveur de la reprise (...) et notre ouverture au dialogue".

M. Passos Coelho a fait campagne sur son bilan, marqué par une sévère cure d'austérité suivie d'une timide reprise économique, et affirmant avoir sorti le pays d'une des pires crises de son histoire.

A son arrivée au pouvoir, le Portugal était au bord du défaut de paiement et son prédécesseur, le socialiste José Socrates, venait de solliciter une aide de 78 milliards d'euros à l'Union Européenne et au Fonds monétaire international.

De son côté, M. Costa promettait de tourner la page de l'austérité, sans pour autant remettre en cause les engagements du pays vis-à-vis de ses créanciers, ni son appartenance à la zone euro.