Plus d'un million de migrants sont arrivés dans l'UE en 2015

Le nombre de réfugiés arrivés dans les pays du sud de l'Union européenne a dépassé le million. La Grèce est le pays qui a enregistré le plus d'arrivées en 2015. La population migrante la plus importante vient de Syrie.

22 déc. 2015, 13:27
Les Syriens représentent la majorité des migrants qui sont partis de leur pays pour un pays de l'Union européenne.

Le nombre de migrants et réfugiés arrivés par mer et terre dans six pays situés aux frontières extérieures de l'Union européenne a dépassé le million cette année. La Grèce a totalisé l'immense majorité (816'752) des arrivées enregistrées au 21 décembre.

Les chiffres compilés par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) concernent six pays: Grèce, Bulgarie, Italie, Espagne, Malte et Chypre.

Une majorité de Syriens

L'OIM et le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) précisent dans un communiqué commun que la moitié des arrivants étaient des Syriens fuyant la guerre dans leur pays. Environ 20% venaient d'Afghanistan et 7% d'Irak, le reste se partageant entre divers pays.

"Il ne suffit pas de compter ceux qui arrivent, ou les près de 4000 autres qui ont été portés disparus où se sont noyés cette année", déclare le directeur de l'OIM, William Lacy Swing. "Il faut agir. La migration doit être légale, sécurisée et sûre, aussi bien pour les migrants que pour les pays qui les accueillent."

Le HCR dit se préparer à un afflux de même ampleur en 2016 mais le porte-parole de l'OIM, Joël Millman, juge impossible de faire des prévisions fiables. "Il y a beaucoup d'inconnues, d'une solution à la guerre syrienne aux initiatives à l'étude en vue de renforcer les frontières extérieures européennes", souligne-t-il.

Problème mondial

Pour le HCR, la hausse du nombre d'arrivées en Europe n'est que le symptôme visible d'un problème bien plus large. "Je ne comprends pas pourquoi on veut à tout prix parler de problème européen. C'est un problème mondial", a souligné mardi le directeur du bureau genevois de l'agence onusienne, Michael Møller.

Pour y faire face, le patron du HCR, Antonio Guterres, a réclamé vendredi une "réinstallation massive" de réfugiés syriens en Europe.