Pistorius humiliait son amie et était égoïste, selon le procureur

Au deuxième jour du contre-interrogatoire à Pretoria (Afrique du Sud), le procureur Gerrie Nel a dressé un portrait peu flatteur d'Oscar Pistorius. Selon lui, il était égoïste et rabaissait fréquemment son amie Reeva Steenkamp qu'il a tuée en février 2013.
10 avr. 2014, 16:25
Le procureur Gerrie Nel a dressé jeudi un portrait peu flatteur d'Oscar Pistorius. Le champion paralympique sud-africain est selon lui un être égoïste, rabrouant et rabaissant fréquemment son amie Reeva Steenkamp.

 Le procureur Gerrie Nel a dressé jeudi un portrait peu flatteur d'Oscar Pistorius. Le champion paralympique sud-africain est selon lui un être égoïste, rabrouant et rabaissant fréquemment son amie Reeva Steenkamp, qu'il a tuée en février 2013.

Au deuxième jour de son contre-interrogatoire à Pretoria, le procureur a passé au crible les relations parfois tendues du jeune couple avant le drame. Analysant notamment des messages échangés entre les deux amants, il a décrit un homme jaloux et égocentrique, n'admettant jamais aucune responsabilité pour quoi que ce soit.

Oscar Pistorius est resté calme, alors qu'il avait pleuré et vomi à plusieurs reprises ces derniers jours, ne lâchant rien.

"Dans une relation de quatre mois, alors que la relation devenait plus intense, on avait ça: on la traite mal, excuses, sourires", a résumé M. Nel. Revenant sur leurs disputes par sms, le redoutable procureur a montré qu'Oscar Pistorius n'a fait qu'humilier son amie, ne s'intéressant qu'à lui, qu'à sa propre image.

Il s'excusait et faisait d'autres reproches

Elle en souffrait, se plaignait, puis il s'excusait, avant de lui faire d'autres reproches, parfois en public. Elle ne devait pas mâchonner de chewing-gum, elle ne devait pas le toucher dans le cou, elle devait faire attention à son accent.

"'Fais pas ci, fais pas ça!' Il n'y en avait que pour vous. Ce qui était important pour elle n'avait pas d'importance!", a lancé le procureur. "Elle faisait tout pour vous rendre heureux, pour rendre Oscar heureux".

"Ce n'est pas vrai Madame"

- "Ça vous était égal?"

- "Ce n'est pas vrai Madame", a répondu Oscar Pistorius, s'adressant formellement à la juge Thokozile Masipa.

- "Il n'y en avait que pour Pistorius. C'était ça, votre relation."

- "Ce n'est pas vrai Madame."

Et l'athlète d'expliquer qu'étant lui-même sous le feu des médias, il lui donnait des conseils pour ne pas faire de faux pas en public, et qu'on ne pouvait de toute façon pas extrapoler toute une relation à partir de quelques messages.

"Je voulais que nous puissions régler ça. Je voulais que ça marche. Je voulais que l'on soit dans une relation amoureuse", a dit Oscar Pistorius.

Pas de sms d'amour

"Dans votre réponse vous ne lui dites même pas que vous l'aimez", a relevé M. Nel, en référence à son explication après une nouvelle dispute. Oscar Pistorius a répondu qu'il n'avait jamais dit à quiconque qu'il aimait par sms.

"Je n'ai jamais eu l'occasion de dire à Reeva que je l'aimais", avait-il reconnu, ému, quelques dizaines de minutes plus tôt quand le procureur remarquait que les nombreux messages échangés par les deux amants ne parlaient jamais d'amour.

Le procureur Gerrie Nel a ensuite mis Oscar Pistorius en difficulté en évoquant l'incident survenu en janvier 2013 dans un restaurant bondé de Johannesburg, où l'athlète a déchargé le pistolet d'un ami par terre.

"Pas appuyé sur la gâchette"

"Je n'ai pas appuyé sur la gâchette", a répété Pistorius à plusieurs reprises. "Je n'avais pas le doigt sur la gâchette."

Ce qui est clairement impossible d'après le procureur, avis d'experts à l'appui, qui a raillé "le miracle du coup qui part tout seul" et souligné avec sarcasme: "Je suis un amateur d'armes à feu, je n'ai pas eu le temps de réfléchir".

Il faisait ainsi référence aux propos de Pistorius la veille, qui disait avoir tiré sur la porte des toilettes où se trouvait Reeva Steenkamp "sans avoir eu le temps de réfléchir".

L'athlète, âgée de 27 ans, explique qu'il a tué par erreur son amie à 03h17 (02h17 suisses) au matin de la Saint-Valentin 2013, la prenant pour un cambrioleur qui aurait trouvé refuge dans ses toilettes.

L'accusation croit au contraire que le couple s'était violemment disputé et qu'il l'a abattue sciemment.

Oscar Pistorius risque une lourde condamnation si la juge estime qu'il n'avait pas de raison valable de tirer quatre balles surpuissantes sur la porte des toilettes, quelle que soit la personne se trouvant derrière.

Note: paragraphes 17 et 21 nouveaux avec sarcasme du procureur et lourde
condamnation encourue par Oscar Pistorius