Réservé aux abonnés

Philippot quitte un FN en plein doute

Le vice-président du Front national, chargé de la communication et artisan de la «dédiabolisation» du parti, était sur la sellette depuis plusieurs mois.

21 sept. 2017, 23:24
/ Màj. le 22 sept. 2017 à 00:01
epa05027056 Leader of the French far-right party Front National (FN) Marine Le Pen (C), vice president Florian Philippot (R) and General Secretary Nicolas Bay (L), leave after a meeting with French President Francois Hollande (not pictured) at the Elysee Palace in Paris, France, 15 November 2015. At least 129 people were killed in a series of attacks in Paris on 13 November, according to French officials. Eight assailants were killed, seven when they detonated their explosive belts, and one when he was shot by officers, police said. French President Francois Hollande says that the attacks in Paris were an 'act of war' carried out by the Islamic State extremist group.  EPA/GUILLAUME HORCAJUELO FRANKREICH TERRORISMUS ANSCHLAEGE PARIS

La crise interne qui secouait le Front national depuis plusieurs semaines a donc trouvé un épilogue au moins provisoire. Hier matin, Florian Philippot, vice-président du parti et longtemps très proche de Marine Le Pen, a décidé de quitter le navire. «Bien sûr je quitte le Front national», a-t-il déclaré sur le plateau de Télématin, sur France 2, hier matin.

L’ancien Chevènementiste était, il est vrai, dans la ligne de mire depuis plusieurs mois. La création de son association Les Patriotes, en mai dernier, avait été considérée par certains, en interne, comme un signe de défiance – voire de pris...