Pèlerinage du pape François à Fatima: bain de foule et prière

Le pape François a été acclamé vendredi par une foule immense de pèlerins à son arrivée en hélicoptère dans la ville-sanctuaire de Fatima au centre du Portugal, où la Vierge Marie serait apparue il y a cent ans.

12 mai 2017, 21:38
Une foule de pèlerins a accueilli le pape sur le sol portugais.

Le pape François, acclamé avec ferveur lors de son entrée vendredi soir en papamobile sur l'immense esplanade du sanctuaire de Fatima, a prié avec une foule de 400'000 pèlerins. Il leur a demandé dans un message de paix de l'aider à "abattre tous les murs".

En arrivant à la Chapelle des apparitions, coeur du sanctuaire, le pontife argentin s'est très longuement recueilli face à la statue de Notre-Dame de Fatima. Et ce dans un silence absolu respecté par la foule des fidèles, certains en larmes, d'autres serrant leur chapelet sur le coeur.

Cette minuscule chapelle a été érigée à l'endroit même où, selon des croyances populaires catholiques, la Vierge est apparue pour la première fois le 13 mai 1917, voici 100 ans, à trois petits bergers de cet humble village, au beau milieu du tumulte de la Première Guerre mondiale.

"Pour le monde, je demande la concorde entre tous les peuples", a-t-il ensuite déclaré en portugais dans une prière publique évoquant "le sang de l'Agneau versé aujourd'hui encore dans toutes les guerres qui détruisent le monde dans lequel nous vivons".

"Vaincre toutes les frontières"

Le pape argentin, qui voue une intense dévotion à Marie et apprécie la vitalité de la piété populaire, qu'il a connue auprès des plus modestes en Amérique latine, lui a demandé d'aider les croyants à "suivre l'exemple de Francesco et Jacinta", les deux petits bergers qui seront canonisés samedi.

Ainsi "nous abattrons tous les murs et nous vaincrons toutes les frontières, en allant vers toutes les périphéries, en y révélant la justice et la paix de Dieu", a-t-il plaidé, dans une possible référence à la question dramatique des migrants qui lui tient à coeur.

La Vierge serait apparue à six reprises de mai à octobre 1917 à Francisco, Jacinta et à leur cousine Lucia, âgés de sept à dix ans. Elle leur aurait révélé un message divisé en trois "secrets" de l'Histoire du XXe siècle jugés prophétiques par l'Église catholique.

Un million de personnes attendues

Près d'un million de personnes ont été annoncées par le sanctuaire ce samedi 13 mai, date du centenaire des premières apparitions mariales devant les trois enfants, lors de la messe de canonisation qui constituera le temps fort du pèlerinage. Les bergers Francisco et sa soeur Jacinta, morts très jeunes de la grippe espagnole, seront déclarés saints par le pape.

Leur cousine, morte en 2005 à 97 ans, devra attendre: la procédure en vue de sa béatification a été ouverte trois ans plus tard.

Tout au long de la journée, des pèlerins en provenance du monde entier ont afflué vers ce haut lieu de piété populaire, entonnant chants et prières ou agitant le drapeau de leur pays.

Procession aux flambeaux

"Le pape, c'est notre berger. C'est un grand bonheur de pouvoir le voir ici", a témoigné France Demerolles, une trentenaire arrivée de Toulon avec son fils de huit ans, qui agitait un drapeau français.

A la nuit tombée, les fidèles suivront la traditionnelle procession aux flambeaux, occasion d'un deuxième salut très attendu du pape.

Le déplacement du pape a poussé les autorités portugaises à déployer un dispositif de sécurité d'une ampleur inédite. Il mobilisera chaque jour quelque 6000 membres des forces de l'ordre et des services de secours.