Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Pas plus propre?

Le second tour de la présidentielle pourrait ne pas échapper aux fraudes.

22 oct. 2009, 05:01

Barack Obama a pu pousser un ouf de soulagement lorsque le président afghan Hamid Karzaï a reconnu qu'il n'avait pas été réélu au premier tour. Mais le second tour, qui doit avoir lieu le 7 novembre, ne règle pas tous les problèmes: il pourrait être entaché des mêmes fraudes et des mêmes violences que le scrutin du 20 août et rien ne garantit qu'il offrira la légitimité nécessaire au Gouvernement afghan.

L'administration américaine a absolument besoin d'un «partenaire crédible» à Kaboul. Elle est actuellement en train de peser le pour et le contre d'un renforcement de ses troupes en Afghanistan et le conflit ne cesse de gagner en impopularité. Peu importe qui, de Hamid Karzaï ou de son ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah, sortira victorieux de la présidentielle, les Etats-Unis se retrouveront liés à un gouvernement aux pieds d'argile, avec la corruption comme seconde nature.

En raison des...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias