Pâques: le pape François lave les pieds de prisonniers repentis à l'occasion du Jeudi saint

Ce Jeudi saint, le pape François a choisi de laver les pieds de prisonniers repentis. Il s'est rendu dans leur prison, où il a célébré une messe devant de nombreux anciens mafieux.

13 avr. 2017, 20:22
Le pape François l'a répété: tout le monde a le droit de se tromper.

Le pape François a lavé jeudi après-midi les pieds de détenus repentis, notamment des anciens mafieux, et a célébré une messe dans leur prison. Il a ainsi de nouveau marqué sa proximité avec le monde carcéral lors de la semaine sainte.

Dans la tradition chrétienne, le Jeudi saint commémore le jour où le Christ lave les pieds des apôtres et institue l'eucharistie lors de son dernier repas (la Cène). Le rituel a été perpétué dans le christianisme (sauf dans certaines branches du protestantisme).

Au cours de cette visite à caractère "privé" dans la prison de Paliano (commune de 8000 habitants à une soixantaine de kilomètres de Rome), le pape argentin a lavé les pieds de 12 personnes incarcérées, dont un musulman qui doit prochainement se convertir et trois femmes, a précisé le Vatican. Quatre détenus l'ont assisté pour la célébration de la messe.

La prison abrite en majorité d'anciens mafieux, une cinquantaine, qui purgent de longues peines de prison néanmoins écourtées pour avoir collaboré avec la justice italienne. Le pape François a appelé à plusieurs reprises les protagonistes des organisations mafieuses italiennes à changer de vie.

Les prisonniers ont offert au pape leur production: des légumes bio, des gâteaux et des croix en bois d'olivier.

Le droit de se tromper

Depuis le début de son pontificat, le pape François a décidé de décentraliser cette célébration en dehors du Vatican. En 2013, il s'était rendu dans une prison pour mineurs, l'année suivante dans un centre pour personnes malades et handicapées, en 2015 à nouveau dans une prison et l'an passé dans un centre d'accueil de réfugiés.

"Je le répète encore une fois, tous ont le droit de se tromper. Nous nous sommes tous trompés d'une manière ou d'une autre", a souligné le pape François à propos du monde carcéral, dans un entretien paru jeudi dans le quotidien italien La Repubblica.

Le pontife argentin a déploré "le peu de confiance accordé à la réhabilitation, à la réinsertion dans la société".