On pensait que l'eau de la Terre avait été apportée par les comètes. Rosetta nous dit que non.

Comment l'eau est arrivée sur la Terre? Jusqu'ici, on pensait que des comètes nous l'avaient amenées. Les échantillons analysés par la sonde Rosetta tendent à prouver que cette théorie ne tient pas la route.

11 déc. 2014, 15:04
The picture released by the European Space Agency ESA on Wednesday, Nov. 12, 2014 was taken by the ROLIS instrument on Rosetta's Philae lander during descent from a distance of approximately 3 km from  the 4-kilometer-wide (2.5-mile-wide) 67P/Churyumov-Gerasimenko comet.  Hundreds of millions of miles from Earth, the European spacecraft made history Wednesday by successfully landing on the icy, dusty surface of a speeding comet.  (AP Photo/ESA)

Les observations du spectromètre Rosina de l'Université de Berne, embarqué à bord de la sonde spatiale Rosetta, relancent le débat sur l'origine de l'eau sur Terre. Selon ces résultats publiés mercredi dans la revue "Science", l'eau terrestre ne provient pas de comètes de la famille de Jupiter telles que Tchourioumov-Guérassimenko.

L'Université de Berne a mesuré l'empreinte chimique de la vapeur d'eau de la comète "Tchouri". Soit le rapport isotopique Deutérium/Hydrogène (D/H), qui permet de déterminer où dans le système solaire le corps céleste a été formé et de comparer ce chiffre avec le rapport D/H des océans terrestres.

Résultats: le D/H de l'eau de "Tchouri" est trois fois plus élevé que celui mesuré sur Terre, et même une des valeurs les plus élevées jamais mesurées dans le système solaire. Il est donc "fortement improbable" que des comètes du type de 67P/Tchourioumov-Guérassimenko soient la source de l'eau terrestre. Il est plus vraisemblable que des astéroïdes, plus proches de l'orbite terrestre, aient livré l'eau de la Terre, ou que celle-ci ait pu conserver une partie de son eau originelle dans les roches et aux pôles. Voire les deux à la fois, les astéroïdes ne constituant qu'une source partielle. Le débat n'est donc pas clos.